1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les arbitrages sur le budget 2019 rendus mercredi

Reuters20/08/2018 à 18:19

LES ARBITRAGES SUR LE BUDGET 2019 RENDUS MERCREDI

PARIS (Reuters) - Emmanuel Macron rendra mercredi, lors d'une réunion à l'Elysée avec le Premier ministre Edouard Philippe, ses derniers arbitrages sur le budget 2019 qui comportera des "baisses nettes" et des "hausses franches", a-t-on indiqué lundi dans l'entourage du chef de l'Etat.

Bruno Le Maire (Economie et Finances), Gérald Darmanin (Action et comptes publics), Muriel Pénicaud (Travail) et Agnès Buzyn (Santé) seront également présents lors de cette réunion qui se tiendra à l'issue du conseil des ministres et qui ne donnera lieu à aucune prise de parole à son issue, a-t-on précisé.

L'équation budgétaire que l'exécutif doit résoudre pour boucler le projet de loi de finances 2019, dont la présentation est attendue fin septembre, s'est encore complexifiée le ralentissement de la croissance.

Le gouvernement est resté jusqu'à présent très discret sur les mesures d'économies envisagées, notamment en matière de suppressions d'emplois dans la fonction publique, pour tenir son engagement auprès de l'Union européenne de continuer la baisse du déficit public.

Début août, le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a assuré que l'objectif de déficit de 2,3% du PIB serait tenu malgré le ralentissement de la croissance qui, quoi qu'il arrive, "ne sera pas inférieure à 1,8%" cette année.

Selon l'Elysée, le budget 2019 s'inscrira "dans la continuité du budget précédent avec le souhait qu'il n'y ait pas de budget du coup de rabot mais qu'il reflète ce que sont les priorités de l'exécutif, à savoir l'éducation et la formation, le développement durable et une priorité sur le bloc régalien (justice, défense, sécurité)".

VARIATIONS "NETTES ET FRANCHES"

Ces priorités se traduisent "par des hausses franches", a-t-on précisé, qui seront compensées par des "budgets en baisse nette dans le cadre du respect de la trajectoire budgétaire adoptée au début du quinquennat. Le but c'est que les hausses et les baisses soient nettes et franches".

Comme en 2018, les deux ministères qui seront les plus concernés par les économies sont celui du Travail et celui de la Cohésion des territoires, a-t-on ajouté, confirmant les éléments contenus dans le document de travail remis en juillet aux parlementaires à l'occasion du débat d'orientation budgétaire.

Conscient des crispations qui pourraient entourer l'annonce de ces arbitrages, l'Elysée s'est également efforcé de déminer les potentielles critiques, en assurant que le budget "ne reflétait que partiellement la politique menée par le gouvernement dans les différents champs de l'action publique"".

"L'un des fils rouges du quinquennat est l'attention portée à la valorisation du travail, que plus de gens aient accès au travail, pour autant ça n'empêche pas de considérer par exemple qu'il faille diminuer le nombre de contrats aidés parce qu'on estime que ce n'est pas la bonne solution", a-t-on notamment souligné.

Subventionnés par l'Etat et censés aider à l'insertion dans le monde professionnel, les contrats aidés sont dans le viseur du gouvernement qui les juge trop coûteux et inefficaces et qui estime qu'ils ne peuvent en aucun cas "être l'instrument majeur de la politique de l'emploi".

L'annonce de la poursuite de la baisse du nombre de contrats aidés, qui dans le secteur non marchand concerne essentiellement le secteur hospitalier et l'éducation nationale, a suscité l'inquiétude et l'ire des élus locaux.

(Marine Pennetier, édité par Myriam Rivet)

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • gstorti
    20 août18:28

    Mon cher Emanuel, avez vous licencié les dizaines de milliers de personnels des préfectures, qui ne font plus de carte grise ou de papiers d'identités. Et que l'on me raconte pas qu'ils sont passé au contrôle des-dits documents, car en quelques minutes , ces derniers sont faits, en tout cas pour les carte grises; donc ou ont été affecté les dits-personnels ?

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.