Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les annonces de Hollande suscitent irritation et interrogations

Reuters07/11/2014 à 16:20

LES ANNONCES DE HOLLANDE SUSCITENT IRRITATION ET INTERROGATIONS

par Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - Les annonces faites par François Hollande ont suscité vendredi des critiques féroces dans l'opposition mais aussi dans sa majorité, Anne Hidalgo acceptant mal la volonté présidentielle d'organiser les JO de 2024 dans sa ville de Paris.

Le chef de l'Etat a voulu donner jeudi soir une tonalité optimiste à son intervention télévisée de mi-quinquennat, avouant qu'il s'était "cramponné" depuis deux ans et demi dans un contexte de marasme économique et d'impopularité record.

Soucieux de lancer de grands projets porteurs, il a ainsi annoncé la candidature de la France à l'organisation d'une Exposition universelle en 2025 et s'est dit favorable à l'organisation des Jeux olympiques à Paris en 2024.

Anne Hidalgo, qui s'est toujours montrée réticente vis-à-vis d'une candidature de Paris en raison de son coût et des retombées économiques incertaines des Jeux, a vivement répliqué à cette anière de court-circuiter le débat.

"Je ne suis pas dans la surenchère et je ne suis pas dans la course après des rêves", a-t-elle dit vendredi, assurant que "rien ni personne" ne la ferait changer de calendrier pour décider d'une éventuelle candidature de Paris, pour laquelle une étude de faisabilité est attendue en janvier.

Les autres annonces ont aussi été critiquées, dont la promesse qu'"à partir de l'année prochaine il n'y aura pas d'impôt supplémentaire sur qui que ce soit".

Pour l'ancien ministre UMP Xavier Bertrand, François Hollande "se moque du monde, se moque des Français".

"Ce que je ne comprends pas c'est que François Hollande continue à jouer sur les mots", a-t-il dit sur Europe 1, évoquant la taxe sur les résidences secondaires et l'augmentation de celle sur le gazole prévues en 2015.

UN SERVICE UNIVERSEL CONTROVERSE

De source gouvernementale, on explique que la déclaration du président s'entendait par rapport aux hausses d'impôts ou de taxes déjà annoncées en 2014 pour 2015.

"Dans nos actes, il n'y aura plus maintenant de hausse d'impôts", explique-t-on au sommet de l'Etat, où l'on assure que les craintes d'un grand soir fiscal n'ont plus lieu d'être, notamment concernant la fusion de l'impôt sur le revenu et la contribution sociale généralisée (CSG).

François Hollande s'est aussi attiré une volée de bois vert avec son idée de référendum sur l'instauration d'un service civique universel obligatoire pour les jeunes de 16 à 25 ans.

Le co-fondateur du Front de Gauche Jean-Luc Mélenchon a raillé "une invention de dernière minute, le travail forcé gratuit pendant trois mois, rebaptisé service universel".

La présidente du Front national a jugé cette idée "dérisoire face aux problèmes immenses, et de surcroît assez contestable".

"Il y a une sorte de création d'un travail obligatoire", a ajouté Marine Le Pen, déplorant n'avoir vu "pas une seule annonce concrète en deux heures d'émission".

L'actuel service civique, d'une durée de six à 12 mois, effectué par 32.000 jeunes en 2013, est quant à lui indemnisé.

Au ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, on expliquait vendredi que le nouveau service évoqué par François Hollande consisterait à valoriser l'engagement bénévole des jeunes sur une période plus courte que le service civique.

Outre un référendum encore hypothétique, rendre obligatoire le service obligatoire poserait des problèmes juridiques.

L'ancien ministre UMP de l'Education nationale Luc Ferry notait dans un rapport de 2008 que rendre un service civique obligatoire risquerait d'être assimilé à un travail forcé, proscrit par la convention européenne des droits de l'Homme.

L'annonce de la création de 15.000 emplois d'avenir supplémentaires a aussi été reçue avec ironie, puisqu'il s'agit d'un simple rappel d'une décision déjà votée par l'Assemblée nationale, ce que l'Elysée a confirmé vendredi.

(Avec Elizabeth Pineau et Chine Labbé, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.