Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les aides pendant le couvre-feu vont coûter un milliard d'euros, indique Bruno Le Maire
Boursorama avec Media Services16/10/2020 à 09:22

Le ministre de l'Economie dit préférer des mesures "fortes" et "circonscrites" pour faire face à la résurgence du virus, plutôt qu'un reconfinement généralisé qui serait "insupportable".

Bruno Le Maire, le 17 octobre 2020, à Paris ( POOL / Ludovic MARIN )

Bruno Le Maire, le 17 octobre 2020, à Paris ( POOL / Ludovic MARIN )

Quelques heures avant la mise en place du couvre-feu nocturne dans les grandes métropoles de l'Hexagone, Bruno Le Maire a livré une estimation du coût des aides versées face aux nouvelles restrictions, qui entreront en vigueur dans la nuit de vendredi 16 à samedi 17 octobre. La facture de ces nouvelles mesures s'élève ainsi à "un milliard d'euros pour la durée du couvre-feu", selon le ministre de l'Economie, évoquant sur RMC-BFMTV "une somme très importante" avant de la mettre en perspective avec d'autres hypothèses plus radicales.

"C'est un drame, on en a conscience"

"Si nous procédions à un vrai reconfinement dans les zones où le virus circule activement, le coût serait de l'ordre de 5 milliards d'euros. Si nous avions un reconfinement généralisé, le coût serait de 15 à 20 milliards d'euros par mois. Je préfère de loin, au déjà de l'aspect sanitaire qui est la priorité absolue, que nous prenions des mesures fortes, rapides, circonscrites, immédiates et que nous soutenions fortement les secteurs concernés plutôt que d'être dans cette situation de reconfinement général qui serait insupportable psychologiquement, socialement, et pour les Finances publiques", a t-il abondé.

Modalité du couvre-feu entrant en vigueur samedi en Ile-de-France ainsi que dans les métropoles de Lille, Grenoble, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Toulouse et Saint-Etienne ( AFP /  )

Modalité du couvre-feu entrant en vigueur samedi en Ile-de-France ainsi que dans les métropoles de Lille, Grenoble, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Toulouse et Saint-Etienne ( AFP / )

Plusieurs secteurs, dont la restauration, l'hôtellerie, le cinéma et le monde du spectacle ont tiré la sonnette d'alarme face à un nouveau coup d'arrêt qui pourrait être fatal. Pour toutes ces personnes, "c'est un drame, on en a conscience!", a déclaré Bruno Le Maire. "C'est très dur, je comprends à quel point c'est dur pour eux".

Le Medef a demandé jeudi des aides supplémentaires aux secteurs affectés par les couvre-feux qui vont être imposés en France pour lutter contre la résurgence du coronavirus. "Les secteurs qui sont de nouveau pénalisés en fermant à 21 heures doivent bénéficier sans attendre de nouvelles mesures de soutien. C'est indispensable à leur survie", a demandé le président de l'organisation patronale, Geoffroy Roux de Bézieux.

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • surfer1
    16 octobre09:57

    Qu'ils cessent de se mêler de tout. Qu'ils cessent d'être les champions du monde des prélèvements, qu'ils cessent leurs subventions tous azimuts et tout ira beaucoup mieux.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer