1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les agriculteurs se rassemblent devant les préfectures ce mardi
Le Parisien22/10/2019 à 09:56

Les agriculteurs se rassemblent devant les préfectures ce mardi

Deux semaines après leur dernière mobilisation nationale, les agriculteurs se mobilisent une nouvelle fois. Pour interpeller Emmanuel Macron et obtenir de sa part une prise de position forte contre la déconsidération dont ils estiment être victimes et le malaise qui en découle, ils se sont donné rendez-vous mardi matin - et parfois des lundi soir - devant les préfectures.À l'appel de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs, les paysans de la « quasi-totalité des départements vont aller devant les préfectures de départements pour faire une opération de bâchage des préfectures, en disant : "Macron, réponds-nous" », explique Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA. Le 8 octobre dernier, le syndicat majoritaire avait revendiqué quelque 10 000 agriculteurs et 6000 tracteurs sur les routes de France.Dès lundi soir, des dizaines d'agriculteurs ont déversé avec une quarantaine de tracteurs de la paille devant la préfecture de la Sarthe, au Mans. Idem à Toulouse, en Haute-Garonne. LIRE AUSSI > Colère agricole : le scénario à la Houellebecq qui inquiète le gouvernement But de l'opération : « à nouveau envoyer un message fort au président de la République, pour avoir des réponses de sa part sur les sujets que nous portons depuis le début », poursuit-il. Parmi ces préoccupations : « l'agri-bashing » ou la « déconsidération » du monde agricole ou de ces pratiques. Jérôme Despey énumère les « intrusions » des militants antispécistes dans les élevages, « la pression sur les phytosanitaires » avec les Zones de non-traitement (ZNT) de pesticides...Il évoque également les « surtranspositions » de réglementation européenne, ainsi que les accords de libre-échange comme le Ceta (accord UE-Canada), auxquels ils sont « totalement opposés ». D'une manière générale, le monde paysan voit d'un mauvais oeil des accords qui permettraient d'importer en Europe et donc en France des aliments produits à ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer