1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les affaires : Montesquieu sur écoute ?
Le Point20/03/2014 à 20:08

Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog (à gauche).

L'affaire dite d'Outreau avait suscité une forte émotion dans l'opinion. La commission d'enquête parlementaire chargée d'analyser les éventuels dysfonctionnements de l'institution judiciaire et de proposer d'éventuelles réformes du fonctionnement de la justice pénale avait procédé à une analyse systémique dont la qualité avait été unanimement reconnue. Sa préconisation la plus attendue portait sur le juge d'instruction, dont la fonction était maintenue, mais exercée dans un cadre collégial.Les affaires qui viennent d'éclater à propos des écoutes de l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy et de son avocat, ainsi que les déclarations de la ministre de la Justice Christiane Taubira ont suscité des réactions d'une tout autre nature dans l'opinion ; dépassant le seul cadre de la justice, elles concernent les quatre pouvoirs sur lesquels repose notre démocratie : l'exécutif, le législatif, le judiciaire et les médias.Suivant inconsciemment l'enseignement de Montesquieu, selon lequel tout pouvoir porte en lui-même une propension à l'abus dès lors que l'on ne lui oppose pas de limites, l'opinion en vient à ne plus faire confiance à chacun de ces quatre pouvoirs, plongeant par là même notre société dans une ère de soupçon généralisé. La défiance s'instille partout, alors que la démocratie est fondée sur la confiance dans les institutions.Ainsi, cette affaire, qui sera bientôt chassée par une autre, lorsque l'opinion...

Lire la suite sur Le Point.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M4426670
    20 mars12:36

    Les meilleurs fossoyeurs de la démocratie , ce sont les médias: ils n'ont pas de conscience, seulement des droits....

    Signaler un abus

  • M4426670
    20 mars12:36

    Les medias ne sont pas une des pouvoirs constitutifs de la démocratie. D'autant plus que personne ne lui "oppose des limites"! droit de violer le "secret de l'intruction", "sources protégées", avantages fiscaux......

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer