1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Leonarda : «J'espère toujours que je retournerai en France»
Le Parisien07/01/2014 à 13:44

Leonarda : «J'espère toujours que je retournerai en France»

Trois mois après l'expulsion de la collégienne kosovare Leonarda Dibrani, le tribunal administratif de Besançon (Doubs) examinait ce mardi la demande de titre de séjour déposée par sa famille. Une requête dont le rapporteur public a prôné le rejet. Lors d'une audience devant le tribunal qui s'est ouverte à 9 heures, en l'absence de la famille Dibrani, expulsée vers le Kosovo le 9 octobre dernier, le magistrat Jérôme Charret a conclu que le préfet du Doubs n'avait «commis aucune erreur manifeste d'appréciation sur la situation des requérant» quand il a ordonné leur reconduite à la frontière.

Les parents Dibrani demandent l'annulation du refus de titre de séjour, portant obligation de quitter le territoire français (OQTF) et fixant le Kosovo comme pays de retour. Selon le rapporteur public, chargé de proposer au tribunal une solution à l'affaire, «le couple vivait renfermé sur lui-même et ne sortait que pour obtenir diverses aides». «La volonté d'insertion professionnelle de M. Dibrani reste très, très, très relative et Mme Dibrani ne parle pas français», a-t-il remarqué. La décision du tribunal sera rendue le 28 janvier. Elle sera encore susceptible d'appel. Le tribunal administratif de Besançon a déjà refusé à deux reprises de revenir sur les refus de titre de séjour prononcés à l'encontre des Dibrani.

«J'espère toujours que je retournerai en France, mais pas toute seule, uniquement avec ma famille, a déclaré Leonarda depuis Kosovska Mitrovica (Kosovo), peu après le début de l'audience. Je ne vois pas mon avenir ici, ce n'est pas mon pays. La France est mon pays. On m'a proposé d'aller à l'école ici, mais je ne parle pas l'albanais».

«Un mensonge» sur l'origine de la famille

Lors de cette nouvelle audience, leur avocate, Me Brigitte Bertin, a fait valoir que six enfants du couple étaient nés en Italie et un en France, et non pas au Kosovo où ils ont été renvoyés. De retour dans ce ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • sarestal
    07 janvier13:08

    USANT !Le détecteur de mensonges devient utile !

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer