1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Législatives : l'Espagne fracturée se cherche un gouvernement
Le Parisien27/04/2019 à 17:10

Législatives : l'Espagne fracturée se cherche un gouvernement

Avis de perturbations persistantes en Espagne. Si les élections générales de dimanche se traduiront peut-être par une alternance au palais de la Moncloa (le siège du gouvernement espagnol), il y a fort à craindre en revanche qu'elles ne ramèneront pas pour autant la stabilité. « Le paysage politique espagnol est tellement éclaté, avec l'apparition de nouvelles formations qui exercent une forte pression sur les partis traditionnels, qu'il est difficile de prévoir le retour à une situation politique viable », estime Didier Billion, directeur-adjoint de l'IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques). Les Espagnols votent d'ailleurs pour la troisième fois en quatre ans pour élire leurs députés. Devant l'impossibilité de faire voter son budget - du fait du refus des indépendantistes catalans dont il avait jusque là le soutien - le président socialiste du gouvernement Pedro Sanchez, 47 ans, a décidé le 15 février dernier de convoquer de nouvelles élections législatives. Ayant réussi à s'imposer au vieil appareil du PSOE (Parti socialiste ouvrier espagnol), Sanchez avait pris la tête d'un gouvernement socialiste minoritaire en juin 2018 après le vote d'une motion de défiance contre son prédécesseur de droite Mariano Rajoy (Parti populaire). Le PSOE en difficulté pour trouver une coalition En dix mois, le gouvernement Sanchez a fait voter une quinzaine de lois et adopter une trentaine de décrets. Il a revalorisé le smic de 22% et réindexé les retraites sur l'inflation, augmenté les fonctionnaires, tout en portant ses efforts vers la classe moyenne. «Nous n'avons pas réussi à changer l'Espagne mais nous avons réussi à mettre le cap vers un pays plus juste », se félicite le leader socialiste dont la formation ne s'est pas abîmée au pouvoir. Au contraire : les sondages accordent près de 30% d'intentions de vote au PSOE, un score que lui envieraient la plupart des partis ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer