Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le yuan et le yen vont s'échanger sans intermédiaire

Reuters29/05/2012 à 15:15

TOKYO (Reuters) - Le Japon et la Chine commenceront à échanger directement leurs devises à Tokyo et Shanghai à partir du 1er juin, une initiative qui vise à renforcer les liens commerciaux et financiers entre les deux plus grandes économies d'Asie et qui représente une petite avancée vers l'internationalisation du yuan.

Cette décision, qui élimine l'utilisation du dollar comme intermédiaire pour fixer les taux de change entre les deux devises, fait suite à un accord signé en décembre dernier qui prévoit également l'achat par le Japon de dette souveraine chinoise, ainsi que la volonté de préparer un pacte commercial entre la Chine, le Japon et la Corée du Sud.

"Elle s'inscrit dans une stratégie plus globale de la Chine qui vise à limiter la dépendance vis-à-vis du dollar. Le yen a été choisi en raison de l'importance des échanges commerciaux entre les deux pays," précise Dariusz Kowalczyk, économiste chez Crédit Agricole CIB à Hong Kong.

Jusqu'à présent, les taux de changes entre les deux devises étaient calculés sur la base de leurs taux respectifs par rapport au dollar.

Le ministre des Finances japonais, Jun Azumi, qui a annoncé la décision à Tokyo, a notamment mis en avant les économies des coûts qui devraient résulter de cet échange direct.

"La possibilité de réaliser des transactions sans passer par une troisième devise débouchera sur une baisse des coûts de transactions et des risques de changes," a-t-il dit à la presse.

Le China Foreign Exchange Trade System a annoncé qu'il fournirait un système de trading direct yuan-yen.

Pour le Japon, qui s'est engagé en mars à acheter environ dix milliards de dollars de dette chinoise, cela devrait encore renforcer les liens avec son premier partenaire commercial.

Les traders sur le marché des changes à Shanghai estiment eux aussi que l'impact à court terme de cette ouverture sera probablement une hausse des volumes et une baisse des coûts.

Mais certains d'entre eux en minimisent la portée.

"D'après ce que je comprends, il n'est pas prévu d'ouverture du compte de capital. Cela va simplement permettre un échange direct, sans accroître les flux en provenance de Chine", dit Dominic Bunning (HSBC).

"C'est davantage une question d'ordre technique qu'une avancée majeure", ajoute-t-il.

Cette initiative s'inscrit dans le cadre de l'ambition de Pékin de donner au yuan un statut de devise internationale, une démarche qui a principalement consisté jusqu'à présent à promouvoir la devise chinoise dans les échanges bilatéraux.

La Chine a déjà signé des accords avec plusieurs pays - de la Malaisie à la Biélorussie et l'Argentine - ce qui a entraîné une montée en puissance de l'usage du yuan. En 2011, 9% du commerce chinois s'est fait en yuan, contre seulement 0,7% en 2010.

Certains estiment que la devise chinoise deviendra un jour une monnaie de réserve, étant données les anticipations de la Banque mondiale qui voit la Chine ravir aux Etats-Unis avant 2030 la place de première puissance économique. Mais pour cela, il faudrait que le yuan deviennent totalement convertible et Pékin n'a pas encore donné de calendrier allant dans ce sens.

Kevin Yao à Pékin, Stanley White à Tokyo et Lu Jianxin à Shanghaï; Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.