Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le vice-président du Conseil d'Etat réservé sur l'état d'urgence

Reuters18/11/2016 à 12:07
    PARIS, 18 novembre (Reuters) - Le vice-président du Conseil 
d'Etat émet des réserves sur une nouvelle prolongation de l'état 
d'urgence en France, souhaitée par François Hollande, et appelle 
le Parlement à prendre position sur les assignations à 
résidence, dans une interview au Monde publiée vendredi.      
    Le chef de l'Etat a annoncé mardi vouloir prolonger l'état 
d'urgence, instauré après les attentats du 13 novembre 2015, 
jusqu'à l'élection présidentielle d'avril-mai en raison de la 
menace sécuritaire. Ce dispositif, qui devait prendre fin en 
janvier 2017, a déjà été prolongé quatre fois. 
    Le projet de loi adopté en juillet par le parlement autorise 
notamment les perquisitions administratives et permet 
l'exploitation des données trouvées dans tout système 
informatique ou de communication saisi dans ce cadre. 
    "A ce jour, nous n'avons pas été saisis par le gouvernement 
d'un nouveau projet de prorogation", indique Jean-Marc Sauvé 
dans une interview au Monde.  
    "Si cela devait être le cas, l'assemblée générale du Conseil 
d'Etat prendrait ses responsabilités et donnerait son avis. Il 
ne m'est donc pas possible de me prononcer aujourd'hui sur ce 
sujet", souligne-t-il. "Mais je le redis (...) l'état d'urgence 
est un état de crise qui ne peut être renouvelé indéfiniment".  
    Quant aux assignations à résidence permises par l'état 
d'urgence, Jean-Marc Sauvé juge qu'il serait "opportun que le 
législateur prenne position sur  leur  durée maximale." 
    La prolongation de l'état d'urgence est loin de faire 
l'unanimité en France. Ses détracteurs jugent cette mesure au 
mieux inefficace, au pire comme une atteinte aux droits 
fondamentaux. 
    Le Conseil de l'Europe a notamment souligné en début d'année 
les risques potentiels en matière de droits de l'homme. Le 
défenseur des droits Jacques Toubon a exprimé à plusieurs 
reprises ses réserves sur cet "'état d'exception permanent', de 
nature à fragiliser l'Etat de droit et l'exercice des libertés 
fondamentales". 
    Dans un sondage BVA publié en juillet, 54% des Français 
estimaient que l'état d'urgence n'était pas efficace dans la 
lutte contre le terrorisme.  
 
 (Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.