Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Le vaccin Johnson & Johnson sera proposé comme prévu aux plus de 55 ans en France, annonce Gabriel Attal
information fournie par Boursorama avec Media Services14/04/2021 à 15:23

200.000 doses de ce vaccin sont arrivées "en début de semaine" en France et "sont en train d'être acheminées auprès de la médecine de ville et les officines de pharmacie" pour être utilisées, a indiqué le porte-parole du gouvernement.

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, le 14 avril 2021. ( AFP / THOMAS SAMSON )

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, le 14 avril 2021. ( AFP / THOMAS SAMSON )

Alors que les autorités sanitaires américaines ont décidé mardi de mettre en "pause" les vaccinations avec le vaccin de Johnson & Johnson pour enquêter sur l'apparition de cas graves de caillots sanguins chez des femmes âgées de 18 à 48 ans, ce sérum sera "administré dans les mêmes conditions" que prévu en France, c'est-à-dire pour les personnes âgées de plus de 55 ans , a annoncé mercredi 14 avril le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

"Nous avons reçu la première livraison de vaccins (Johnson & Johnson), c'est-à-dire 200.000 doses qui sont arrivées en début de semaine sur notre territoire et qui sont en train d'être acheminées auprès de la médecine de ville et les officines de pharmacie", a-t-il indiqué à l'issue du Conseil des ministres. Il "va évidemment être distribué et administré dans les mêmes conditions que ce qui est prévu aujourd'hui pour le vaccin AstraZeneca, c'est-à-dire pour les personnes âgées de plus de 55 ans", a-t-il ajouté.

Après l'annonce du régulateur américain de mettre en pause l'utilisation du vaccin Johnson & Johnson, le laboratoire a décidé de retarder le déploiement de son vaccin unidose en Europe, où il est autorisé depuis le 12 mars dernier.

A propos du vaccin AstraZeneca , qui utilise comme support un type de virus très courant appelé adénovirus, technologie semblable à celle utilisée par le Johnson & Johnson, le porte-parole du gouvernement a réaffirmé la "confiance" des autorités françaises , à rebours du Danemark, qui a définitivement renoncé à utiliser le vaccin AstraZeneca. Ce vaccin "montre de très bons résultats, (il) protège efficacement des formes graves", a martelé Gabriel Attal.

Si l'Agence européenne des médicaments a reconnu un lien entre l'administration de ce vaccin et des cas très rares de formation de "caillots sanguins inhabituels associés à des plaquettes sanguines basses", désormais répertoriés comme "effets secondaires très rares", le vaccin AstraZeneca bénéficie toujours d'un avis favorable du régulateur européen et de l'Organisation mondiale de la santé, qui estiment tous deux que les bénéfices à utiliser ce vaccin l'emportent toujours largement sur les risques.

9 commentaires

  • 14 avril21:16

    Les commentaires d'Attal, on commence à savoir ce qu'il faut en penser....