Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le travail dominical bénéficiera à l'emploi si utilisé largement

Reuters21/01/2015 à 14:55

LE TRAVAIL DOMINICAL BÉNÉFICIERA À L'EMPLOI SI UTILISÉ MASSIVEMENT

PARIS (Reuters) - L'extension du travail dominical n'aura un réel impact sur l'activité et l'emploi que si les maires utilisent massivement les possibilités offertes par la future loi Macron, estime la commission chargée par le gouvernement d'en évaluer les effets.

Mise en place par le gouvernement début janvier, cette commission indépendante, qui a rendu mercredi ses deux premiers avis, a pour mission d'apporter des "éléments objectifs" d'évaluation des principales dispositions du texte porté par le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, en vue de son examen au Parlement.

L'extension du travail le dimanche dans le commerce de détail cristallise le débat politique autour de ce projet de loi sur la croissance et l'activité, exacerbant les divisions au sein de la majorité.

Après amendement de la commission spéciale de l'Assemblée nationale chargée de l'étudier, le texte qui sera débattu prévoit que les maires pourront autoriser l'ouverture des magasins jusqu'à un maximum de 12 dimanches par an, contre cinq jusqu'à présent, mais sans obligation de minimum.

Il crée d'autre part des "zones touristiques internationales" où les commerces pourront être ouverts tous les dimanches et autorise l'ouverture dominicale des magasins situés dans certaines grandes gares.

Contrainte par un délai très court, la commission d'évaluation a travaillé à partir des études réalisées dans les pays où le travail dominical a été libéralisé ces vingt dernières années comme le Canada, les Etats-Unis, les Pays-Bas et, dans une moindre mesure, l'Allemagne.

EXTENSION MASSIVE

Certaines ont fait apparaître des hausses d'emploi d'autant plus importantes que les ouvertures étaient généralisées, d'autres une hausse des heures travaillées dans un secteur qui recourt beaucoup au temps partiel.

Une étude de l'OCDE a enfin montré un effet positif sur le chiffre d'affaires et sur le nombre d'entreprises.

La commission d'évaluation s'est refusée à toute prévision chiffrée pour la France. Sa présidente, Anne Perrot, a souligné que, dans la majorité des cas étudiés à l'étranger, il s'agissait "des effets d'une extension massive du travail du dimanche".

"Dans le cas de la France, il s'agit de douze dimanches par an. Il s'agit en fait d'autoriser les maires à autoriser l'ouverture, on voit bien qu'on a un effet plus indirect et plus réduit", a-t-elle déclaré devant la presse.

"Si on veut que cet assouplissement produise réellement des effets positifs sur l'emploi, il faudrait évidemment que la réforme soit appliquée de façon assez massive", a-t-elle ajouté.

En attendant d'en savoir plus sur la mise en oeuvre du texte, la commission y voit un autre avantage avec la simplification du droit applicable aux entreprises et salariés pour le travail du dimanche avec l'apport d'une sécurité juridique aux premières et une harmonisation des compensations sociales pour les seconds.

Le deuxième avis rendu mercredi porte sur la libéralisation du transport de voyageurs par autocar, dont les effets attendus sont jugés largement positifs à la condition que les capacités des gares routières soient rapidement développées, et ce de manière coordonnée

D'autres, portant sur la réforme des prud'hommes, les professions réglementées du droit et l'immobilier commercial, seront publiés d'ici à la fin de la semaine, avant le début de l'examen du texte en séance publique à l'Assemblée lundi.

(Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.