Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le ton se durcit entre Athènes et ses partenaires européens

Reuters09/02/2015 à 19:35

(Acutalisé avec déclarations de Varoufakis, Schaüble) ATHENES/ISTANBUL, 9 février (Reuters) - Athènes a engagé un bras de fer avec ses partenaires de la zone euro, son Premier ministre grec Alexis Tsipras répétant qu'il ne prolongerait pas le cadre actuel d'aide, qui prévoit le maintien de l'austérité, tandis que l'Allemagne menace la Grèce de la couper de ses financements si elle ne s'y conforme pas. S'exprimant dimanche soir devant le parlement lors d'un discours très attendu, Alexis Tsipras a répété que la Grèce n'accepterait pas une prolongation du programme d'aide financière dont elle bénéficie, laissant craindre des tensions lors du sommet prévu jeudi avec les dirigeants de l'Union européenne qui soutiennent cette solution. ID:nL5N0VI0VM Lundi à Vienne, Tsipras a renouvelé son appel en faveur d'un accord relais couvrant la période du 28 février au 1er juin afin de donner le temps à la Grèce de trouver les moyens de remplacer l'actuel programme par un nouveau cadre qui entrerait en vigueur le 1er septembre. "Je suis confiant dans le fait qu'il y aura un accord avec nos partenaires sur la base de notre plan", a déclaré Alexis Tsipras après des entretiens avec le chancelier autrichien Werner Faymann. "Pour l'instant nous n'avons entendu aucune autre solution alternative viable", a-t-il ajouté, précisant qu'Athènes ne souhaitait pas avoir une relation frontale avec ses créanciers et que le plan qu'il propose n'aura aucun coût pour les contribuables européens. "Je ne pense pas qu'il existe de raisons suffisamment graves pour que cet accord entre la Grèce et ses partenaires ne puisse pas voir le jour, hormis des raisons politiques", a-t-il estimé. La position dessinée par Alexis Tsipras devant la Vouli dimanche va exactement à l'encontre de l'option retenue par les dirigeants de l'Eurogroupe qui font pression pour qu'Athènes sollicite une prolongation de son programme d'aide. Le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis a de son côté déclaré que la zone euro risquait de s'effondrer comme un "chateau de cartes" et un responsable de son entourage a dit ne pas croire que Jean-Claude Juncker, Angela Merkel ou la directrice générale du FMI Christine Lagarde acceptent de laisser la Grèce faire faillite. MISE EN GARDE DE JUNCKER Signe des tensions qui s'accumulent avant la réunion des ministres des Finances mercredi et le Conseil européen jeudi, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a prévenu les Grecs qu'ils ne devaient pas s'attendre à voir les pays membres de la zone euro se plier aux exigences grecques. "La Grèce ne doit pas considérer que l'état d'esprit général a changé au point que la zone euro va accepter de manière inconditionnelle le programme du gouvernement Tsipras", a dit Juncker en visite en Allemagne. "Je ne pense pas que nous parviendrons rapidement à un accord", a-t-il ajouté lors d'une réunion du Parti social démocrate (SPD) à Nauen, près de Berlin. Le ministre allemand de l'Economie, Sigmar Gabriel, a invité le nouveau gouvernement grec à préciser quelles mesures il entendait mettre en oeuvre pour faire face à la crise de la dette "très rapidement". "Il est nécessaire maintenant d'avoir une initiative pragmatique et non pas de montrer du doigt l'autre camp chaque jour - cela ne mène nulle part", a-t-il dit. Gabriel a estimé que le nouveau gouvernement grec devrait accepter de discuter avec tout le monde, y compris avec la troïka (FMI, BCE et UE). Son collègue des Finances Wolfgang Schäuble a prévenu qu'il n'y aurait pas d'accord relais sans mise en place d'un nouveau cadre de réformes supervisées de l'extérieur. "Sans programme, ce sera difficile pour la Grèce. Je ne vois pas comment les marchés financiers feraient sans programme, mais peut-être (Tsipras) le sait-il mieux que moi", a-t-il lancé. (Michael Shields à Vienne et Karolina Tagaris à Athènes. Avec Holger Hansen et Lefteris Papadimas; Pierre Sérisier et Nicolas Delame pour le service français, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.