Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le tireur de Paris sera mis en examen à l'Hôtel-Dieu

Reuters22/11/2013 à 21:00

LE TIREUR DE PARIS DÉFÉRÉ EN VUE DE SA MISE EN EXAMEN

PARIS (Reuters) - Abdelhakim Dekhar, l'auteur présumé des coups de feu tirés au journal Libération à Paris, puis à La Défense, sera mis en examen vendredi soir aux urgences médico-judiciaires de l'Hôtel-Dieu.

Un juge d'instruction s'est rendu sur place pour signifier à l'ancien "troisième homme" dans l'équipée sanglante menée par Florence Rey et Audry Maupin en 1994 les chefs retenus contre lui.

Le parquet de Paris a annoncé avoir ouvert à son encontre une information judiciaire pour tentatives d'assassinat, en état de récidive légale, enlèvement et séquestration.

Dans un communiqué, il précise avoir requis son placement en détention provisoire.

Abdelhakim Dekhar, 48 ans, a été placé à l'Hôtel-Dieu car il avait tenté de se suicider avec des médicaments peu avant son interpellation mercredi soir dans un parking de Bois-Colombes (Hauts-de-Seine).

Il a refusé pendant sa garde de s'exprimer sur le fond du dossier, faisant valoir son droit au silence, a indiqué une source proche du dossier.

Le fusil à pompe et les vêtements utilisés lors des attaques menées il y a une semaine à BFM TV, puis lundi à Libération, où un assistant photographe a été grièvement blessé, ainsi qu'à la Défense, n'ont pas été retrouvés pour le moment.

"On a retrouvé des éléments, comme les lunettes, mais ni l'arme, ni les vêtements. Comme il ne parle pas, ça bloque l'enquête", a dit une source proche de l'enquête.

"Les investigations se poursuivent pour savoir s'il ne disposait pas d'une autre planque, en dehors de l'appartement où il était hébergé".

L'homme, qui a été formellement identifié par son ADN, a laissé des lettres à tonalité d'extrême gauche dans lesquelles il évoque un "complot fasciste".

"MANIPULATION DES MASSES"

"Il accuse les médias de participer à la manipulation des masses (...), il stigmatise tour à tour le capitalisme et la gestion des banlieues", a indiqué jeudi le procureur de Paris, François Molins, lors d'une conférence de presse.

"Les experts psychiatres qui l'avaient examiné dans le cadre de l'affaire Florence Rey avaient relevé à l'époque un discours riche et fleuri révélateur de tendances affabulatoires", a-t-il ajouté.

Le magistrat a jugé les "raisonnements" du suspect "confus" mais, dans un courrier écrit en prison en 1995 et diffusé par BFM TV, Abdelhakim Dekhar développait le même type d'analyse.

"Je souffrirais face à ces juges déchaînés (...) portés par l'hystérie médiatique, par des syndicats de policiers et une opinion publique chauffée à blanc, incapable de discernement et hurlant vengeance", écrivait-il.

Selon la même chaîne de télévision, le psychiatre qui l'a rencontré mercredi après son interpellation l'a trouvé "calme, coopératif et bien orienté". Il a expliqué sa tentative de suicide par "la violence qu'il subit de la société".

Des policiers ont estimé que le suspect était mythomane, rappelant qu'il avait affirmé faire partie des services secrets algériens lors de son procès.

Mais l'une de ses anciennes avocates, Emmanuelle Hauser-Phelizon, a déclaré au Figaro qu'un juge d'instruction avait établi lors d'un "tapissage" que son client connaissait bien un officier français rencontré au Liban.

Abdelhakim Dekhar était considéré comme le "troisième homme" de l'affaire Rey-Maupin, soupçonné d'avoir acheté un des fusils à pompe dont ces deux jeunes gens qui gravitaient dans la mouvance autonome et anarchiste se sont servis lors de la double fusillade du 4 octobre 1994 à Paris, qui a fait cinq victimes.

Arrêté peu de temps après les faits, il avait été condamné à quatre ans de prison pour association de malfaiteurs.

Après sa remise en liberté, Abdelhakim Dekhar a refait en grande partie sa vie à Londres, a rapporté le procureur de la République de Paris.

François Molins a précisé qu'un homme qui avait rencontré le fugitif il y a 13 ans à Londres avait prévenu la police après l'avoir reconnu sur un avis de recherche.

Selon le "Times", le tireur de Libération a passé 13 ans à Londres où il a épousé une étudiante turque à Redbridge, dans le nord-est de la ville, en février 2000.

Gérard Bon, édité par Sophie Louet

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.