Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le tiers-payant chez le médecin sera généralisé d'ici 2017

Reuters23/09/2013 à 15:08

VERS LA GÉNÉRALISATION DU TIERS-PAYANT CHEZ LE MÉDECIN D'ICI 2017

PARIS (Reuters) - Généralisation du tiers-payant d'ici 2017, lutte contre les déserts médicaux et parcours de soin fluidifié : la nouvelle stratégie française de santé, visant à redynamiser un système vieillissant, a été dévoilée lundi dans un contexte de contrainte budgétaire.

Lancée en février par Jean-Marc Ayrault, cette stratégie s'appuie notamment sur les conclusions du rapport du comité de sages présidé par Alain Cordier, dont les grandes lignes ont été esquissées en juillet, et remis lundi au gouvernement.

"Notre système de santé est remarquable mais nous sommes désormais confrontés à des enjeux nouveaux qui tiennent au vieillissement de la population, à l'apparition de maladies chroniques, ce qui nécessite un nouveau type de prise en charge", a déclaré la ministre de la Santé Marisol Touraine lors d'un point presse. "Dans le même temps, on constate que les inégalités entre les catégories sociales ne se réduisent pas."

Parmi les mesures les plus emblématiques du plan, la généralisation du tiers-payant, promesse de campagne de François Hollande, qui permet au patient de ne pas avancer l'argent de la consultation. Cette dernière est remboursée directement au médecin par l'assurance maladie et la complémentaire.

A l'heure actuelle, seuls les bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), à l'Aide médicale d'Etat (AME), bénéficient du tiers-payant chez le médecin. Il peut en revanche être octroyé à tous en pharmacie et dans les cabinets de radiologie ou d'analyses médicales.

La généralisation du tiers-payant chez le médecin interviendra d'ici 2017 "au plus tard" et "dès l'année prochaine pour les bénéficiaires de l'Aide pour une complémentaire santé (ACS)", a déclaré Marisol Touraine.

Concernant les complémentaires, des appels d'offres seront lancés dès l'année prochaine pour les contrats proposés aux bénéficiaires de l'ACS, a-t-elle ajouté.

PARCOURS DE SOIN

Parmi les autres recommandations émises par le comité des sages et retenues par le gouvernement, la mise en place d'une politique de coordination de professionnels de santé qui passera par le décloisonnement de la médecine de ville et de l'hôpital.

Il s'agit de faire du médecin traitant le "pivot de la médecine ambulatoire".

"Aujourd'hui le recours à l'hôpital, faute d'offres de soins identifiées et structurées en ambulatoire, est trop systématique", a indiqué Marisol Touraine. "Or, tout le monde le sait, un passage à l'hôpital est plus coûteux qu'une prise en charge en ambulatoire comme nous l'a rappelé la cour des comptes à propos de la chirurgie".

En matière de prévention, le médecin traitant sera rémunéré à partir des objectifs de santé publique fixés nationalement et régionalement.

Plus de 300 maisons de santé pluridisciplinaires vont par ailleurs êtres ouvertes "prochainement" afin de faciliter l'accès aux soins dans les déserts médicaux, a indiqué Marisol Touraine. Les praticiens territoriaux, médecins généralistes installés dans les zones désertées, seront 200 à la fin 2013.

Enfin, des actions de groupe dans le domaine de la santé devraient voir le jour après le scandale du Médiator et des prothèses mammaires défectueuses PIP. Ces évènements ont "montré que les mécanismes proposés aujourd'hui aux victimes n'étaient pas suffisants", a estimé la ministre de la Santé.

Certaines des mesures de la stratégie nationale de santé figureront dans le projet de loi du financement de la sécurité sociale (PLFSS) présenté jeudi et dans la loi de santé qui sera présentée au Parlement en 2014.

"L'enjeu est de permettre l'adaptation de notre système de santé de façon à la rendre durable et soutenable financièrement mais l'objectif de la réorganisation n'est pas financier", a souligné Marisol Touraine. "Mais ne rien faire c'est s'assurer que nous ne pourrons pas tenir le choc financier dans les années qui viennent et ouvrir la porte à des mécanismes de privatisation."

Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.