Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le texte sur la fin de vie contesté avant le début de son examen

Reuters09/03/2015 à 15:30

PARIS (Reuters) - Les députés français engagent mardi l'examen d'une proposition de loi pour accompagner la fin de vie critiquée pour des raisons opposées par une partie de la droite et de la gauche, mais aussi par les principales religions de France.

Ce texte élaboré à partir du rapport présenté en décembre dernier par les députés Alain Claeys (PS) et Jean Leonetti (UMP) traduit un engagement de François Hollande pris durant la campagne présidentielle de 2012 de dépasser la loi de 2005 -dite "loi Leonetti"- qui prévient l'acharnement thérapeutique mais n'autorise pas le suicide assisté.

La proposition de loi propose une "sédation profonde et continue" pour les patients en phase terminale sans aller jusqu'à l'euthanasie et rend contraignantes pour les médecins les directives anticipées laissées par les malades.

Le texte fait la quasi unanimité au sein de l'Assemblée, où les groupes UMP, UDI (centriste), Front de gauche et PS y sont favorables.

"C'est un bon texte d'équilibre", a dit Christian Jacob, le président du groupe UMP.

Mais des élus socialistes, écologistes et radicaux de gauche estiment qu'il ne va pas assez loin et proposent, dans un amendement, de légaliser le suicide médicalement assisté et l'euthanasie.

A la fin janvier, une proposition de loi écologiste allant dans ce sens avait été rejetée, seuls les groupes écologiste et des radicaux de gauche ainsi que quelques élus PS votant pour.

Roger-Gérard Schwartzenberg, le président du groupe des radicaux de gauche, regrette que le texte "continue à ne pas admettre l'assistance active médicalisée à mourir".

"DROIT À LA MORT"

Il ajoute que les Pays-Bas en 2001, la Belgique en 2002, le Luxembourg en 2009 ont autorisé l'aide active à mourir, en l'encadrant strictement et que la Suisse, les Pays-Bas et l'Etat de l'Oregon (Etats-Unis) ont admis le suicide assisté.

A droite, les députés de l'Entente parlementaire, l'aile droitière de l'UMP, qui avait mené bataille contre le mariage pour tous, jugent le texte "inutile et dangereux" et s'élèvent contre ce qu'ils considèrent comme "un droit à la mort".

Dans un appel publié lundi dans Le Monde, cinq responsables religieux représentant les grandes croyances lancent un appel "commun, inquiet et pressant" contre l'emploi de la sédation.

Les opposants au texte doivent se réunir mardi aux abords de l'Assemblée à l'appel d'un côté du collectif anti-euthanasie "Soulager mais pas tuer", de l'autre de l'Association pour le droit de Mourir dans la Dignité (ADMD).

La commission des Affaires sociales a adopté plusieurs amendements, dont un qui donne la possibilité pour un patient souhaitant bénéficier d'une sédation profonde à domicile.

L'examen en première lecture par les députés doit se poursuivre mercredi, voire plus tard du fait du millier d'amendements déposés sur ce texte notamment par l'aile droitière du groupe UMP.

L'Assemblée doit se prononcer le 17 mars par un vote solennel sur l'ensemble du texte que le Sénat devrait examiner à son tour en avril ou mai.

(Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.