Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le texte sur l'enseignement supérieur divise à l'Assemblée

Reuters22/05/2013 à 21:09

LE TEXTE SUR L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR DIVISE À L'ASSEMBLÉE

PARIS (Reuters) - Les députés français ont engagé mercredi l'examen du très controversé projet de loi sur l'enseignement supérieur et la recherche, dont l'adoption permettrait notamment l'enseignement en anglais dans les universités françaises pour certains cours.

La ministre de l'Enseignement supérieur, Geneviève Fioraso, estime que ce texte "doit contribuer au nouveau modèle français et à remettre en mouvement notre pays pour se maintenir dans le peloton de tête des grandes nations".

Mais son article 2 suscite une polémique qui tend à occulter le débat sur l'essentiel du projet de loi.

Il offre la possibilité, dans le cadre d'accords avec des universités étrangères ou des programmes financés par l'Union européenne, de dispenser des cours en anglais.

"Il ne s'agit, en aucun cas, de remettre en cause la primauté de l'enseignement en français ou la défense de la francophonie", a dit la ministre. "Il s'agit au contraire d'élargir le socle de la francophonie auprès des jeunes, notamment des pays émergents, qui, aujourd'hui, ne viennent pas dans notre pays."

Bruno Le Roux, le président du groupe socialiste, a assuré mercredi à Reuters "qu'il n'y a plus aujourd'hui sur cet article aucune difficulté" et qu'il acceptait un amendement prévoyant la mise en place d'un apprentissage de la langue française au bénéfice des étudiants étrangers concernés.

Mais plusieurs élus, dont le député socialiste et secrétaire national à la francophonie au PS, Pouria Amirshahi, ont demandé le retrait d'une mesure jugée dangereuse pour le français.

"N'abandonnons pas le français !", a déclaré dans un communiqué l'UMP Daniel Fasquelle, professeur des universités. "C'est un mauvais signal envoyé à tous ceux qui défendent le français et la francophonie dans le monde, une capitulation fasse au tout-anglais alors que la France devrait défendre le multiculturalisme et multilinguisme."

"PEU LISIBLE"

Si le groupe UMP a annoncé qu'il voterait contre le projet de loi, celui de l'UDI (centriste) n'a pas encore arrêté sa position et attend le sort de ses amendements pour décider s'il s'abstient ou vote pour.

Le texte ne fait pas non plus l'unanimité à gauche, les écologistes et le Front de gauche étant réservés sur de nombreuses mesures.

"Si ce projet reste en l'état, les députés de notre groupe se verront contraints de voter contre", a déclaré la communiste Marie-George Buffet.

"C'est un texte peu lisible qui nous paraît assez contestable", a dit François de Rugy, co-président du groupe écologiste, qui trouve que la possibilité d'enseigner en anglais "est un des rares points positifs" du texte, et pourrait ainsi conduire son groupe à s'abstenir.

Ce texte sur l'enseignement supérieur et la recherche vise à compléter la loi de 2007 sur l'autonomie des universités et a pour objectif d'augmenter les chances de réussite des étudiants.

Il fixe l'objectif de parvenir à 50% de diplômés du supérieur dans chaque classe d'âge, en favorisant notamment la continuité entre le secondaire et le supérieur et le rapprochement entre lycée, classes préparatoires et université.

S'il est soutenu par l'Unef, syndicat étudiant proche du PS, et de façon plus réservée par la Conférence des présidents d'université, le texte est dénoncé par plusieurs syndicats d'enseignants comme la FSU, la CGT, FO et plusieurs collectifs.

Plusieurs centaines d'enseignants et de chercheurs ont manifesté mercredi après-midi à Paris pour réclamer le retrait du texte et des moyens pour le service public.

L'examen du texte doit se poursuivre toute la semaine, l'Assemblée devant se prononcer mardi prochain par un vote solennel sur l'ensemble du projet de loi que le Sénat examinera à son tour en juillet.

Emile Picy, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.