Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le «Tamagotchi» Juppé et le «porteur de bidons» Fillon, les mots cruels de Sarkozy

Le Parisien10/10/2014 à 23:50

Le «Tamagotchi» Juppé et le «porteur de bidons» Fillon, les mots cruels de Sarkozy

Rassembleur. Voilà comment se rêvait Nicolas Sarkozy, désormais officiellement remonté en selle pour la présidentielle 2017. Depuis sa défaite en 2012 face à François Hollande, l'ex-président de la République n'aurait qu'une idée en tête: récupérer son dû. Et il élaborerait pour cela une minutieuse stratégie, aidé de ses soutiens de toujours, depuis deux ans. Seulement voilà, rien ne s'est passé comme prévu. «C'était pas le plan»*, le livre de Philippe Cohen, décédé en 2013, et de la journaliste du Point Laureline Dupont qui sortira le 15 octobre, relate à quel point les choses ne se sont pas déroulées comme le fantasmait le «boss» de l'UMP.

Difficile en effet de contenir les ambitions de ceux qui n'attendaient que son départ pour prendre toute leur place. En ligne de mire donc, trois Iznogoud, qui veulent tous devenir calife à la place du calife. Juppé, Copé, Fillon, chacun sa stratégie. Si l'ex-président espérait n'en faire qu'une bouchée, il ne pourra finalement pas faire l'économie de quelques batailles internes avant le combat final. Après deux ans d'enquête, des dizaines d'entretiens, les deux journalistes livrent le récit du «vrai scénario du retour de Sarkozy».

Jean-François Copé, l'arroseur-arrosé. En mai 2007, le président Sarkozy se sépare de lui sans ménagement: «Je rentre dans le bureau, je suis ministre du Budget; je sors, je ne le suis plus», confie Copé en 2011, avant d'expliquer tout le «génie» qu'il a eu à l'époque de demander la présidence du groupe UMP à l'Assemblée. Sarkozy lui assure qu'il n'y gagnera rien mais, lui, voit déjà le tremplin. Lorsque l'ex-président perd en 2012, Copé comprend bien qu'il faut surfer sur la vague nostalgique de tous ces militants UMP orphelins, rapportent les auteurs. Copé force alors le trait à droite et enchaine les «pains au chocolat» jusqu'à l'indigestion. Le «clone» ressemble trop à son modèle et ne peut plus s'en distinguer. A ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.