Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le système de santé français est bon mais perfectible-OCDE

Reuters04/11/2015 à 11:00

* Les ménages dépensent moins qu'ailleurs pour les soins * La France au sixième rang des dépenses de santé * Il faut améliorer l'efficacité du système, dit l'OCDE PARIS, 4 novembre (Reuters) - Le système de santé français demeure performant mais il convient d'en améliorer l'efficacité, juge l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans un rapport rendu public mercredi. Selon le "Panorama de la santé" de l'institution, les Français ont facilement accès à des soins, en particulier en raison du coût relativement modeste pour les ménages, mais certains d'entre eux sont contraints d'y renoncer. Les dépenses de santé qui restent à la charge des patients sont bien moins élevées en France qu'ailleurs puisqu'elles n'y représentaient en 2013 que 7% des dépenses totales de santé, contre 20% dans la moyenne de l'OCDE. La part de la consommation des ménages allouée à la santé est donc deux fois inférieure à la moyenne des pays de l'organisation (1,4% contre 2,8%). Ces chiffres s'expliquent par la politique de sécurité sociale et par les dispositifs de couvertures complémentaires. Parmi les pays de l'OCDE, les Français sont les mieux couverts -- 95% d'entre eux disposent d'une assurance complémentaire. La France se classe par ailleurs au sixième rang des pays de l'OCDE pour les dépenses de santé en pourcentage du PIB. Elles y représentent 10,9% du PIB, un niveau comparable aux pays qui précèdent la France au classement -- Pays-Bas, Suisse, Suède et Allemagne --, à l'exception des Etats-Unis, premiers avec 16,4% du PIB. L'OCDE souligne malgré tout qu'une part non négligeable des Français renonce à des soins pour des raisons financières, parce que le service n'est pas disponible à proximité ou simplement à cause du temps d'attente jugé trop long. D'après une enquête de l'Union européenne (UE) datant de 2013, 18% des Français avaient renoncé à des soins parce qu'ils étaient trop chers, contre seulement 4% des Britanniques, 6% des Suédois, mais 37% des Américains. PART MODESTE DES GÉNÉRIQUES Le système de santé français, considéré en 2000 comme le meilleur au monde par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), n'est pas non plus épargné par les défis auxquels doivent faire face les autres pays de l'OCDE. "Comme dans plusieurs autres pays, un des défis majeurs du système de santé en France est de mieux prendre en charge le nombre grandissant de personnes qui atteignent des âges élevés avec une ou plusieurs maladies chroniques", selon l'OCDE. Il s'agit donc, selon l'institution dont le siège se trouve à Paris, d'améliorer l'efficacité du système en évitant, par exemple, les hospitalisations évitables -- dans le cas du diabète, notamment. L'OCDE dresse une liste de mesures à même de parfaire le système: améliorer la pertinence des examens et des actes médicaux, réduire la durée de séjour à l'hôpital, développer la chirurgie ambulatoire -- qui n'exige pas de passer une nuit à l'hôpital --, et augmenter la part des médicaments génériques. La France, relève l'OCDE, est l'un des pays au monde où les séjours à l'hôpital sont les plus longs, avec un peu plus de dix jours en moyenne, contre 8,1 dans l'ensemble des pays de l'organisation. De même, on consomme de plus en plus de médicaments génériques en France, mais ils ne représentent encore que 30% du marché pharmaceutique, alors que cette part s'élève à 80% ou plus en Allemagne, au Chili, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. (Simon Carraud, édité par Sophie Louet)

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • frk987
    04 novembre11:17

    Les génériques c'est la mort de la recherche en nouveaux médicaments......

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.