1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le Stade Français joue sa survie en Top 14

Le Parisien24/03/2018 à 08:53

Le Stade Français joue sa survie en Top 14

Six semaines pour se sauver. Un mois et demi pour ne pas prendre, d'un coup, vingt et un ans en pleine figure. Le Stade Français n'a plus connu les joies de la 2e division depuis 1997, alors qu'il progressait à grande vitesse vers les sommets. Le titre, en 1998, sous l'ère Guazzini, semble appartenir à l'antiquité. Comme celui de 2015 d'ailleurs, période Savare.

Possession aujourd'hui du milliardaire allemand Hans-Peter Wild, le club parisien, qui reçoit Toulouse cet après-midi à Jean-Bouin, est lancé dans une opération maintien qui va le plonger en apnée un bon bout de temps. Agen, Oyonnax et Brive lui disputent la dernière place, synonyme de descente, et l'avant-dernière qui, elle, envoie en barrage chez le finaliste de Pro D 2. « Nous nous sommes dit qu'on ne regardait pas les autres, souligne le directeur sportif Robert Mohr. Nous sommes 11es ex aequo (NDLR : 12es en fait car Agen a remporté ses deux confrontations face aux Parisiens) donc si on gagne nos matchs, on reste à notre place. » Encore faut-il gagner...

LIRE AUSSI > « Les Parisiens sauront faire les sacrifices », affirme Gonzalo Quesada

Les joueurs de la capitale ne se sont imposés qu'une fois en effet lors de sept dernières journées. « Deux joueurs très importants reviennent de sélection, Paul (Gabrillagues) et Sergio (Parisse), tente de positiver Mohr. On a aussi presque vidé l'infirmerie. » Jonathan Danty, le trois-quarts centre, semble plus prudent. « Ce n'est pas parce que nous avons le sourire que nous sommes sereins, avance-t-il. La route est encore longue mais l'essentiel, c'est d'y croire. »

Trois matchs à domicile dans la dernière ligne droite

La « finale » du Stade Français se jouera certainement dans cinq semaines contre Brive à Jean-Bouin. « Les Parisiens se sont donné un peu d'air en battant Castres (NDLR : 23-17 il y a deux semaines), précise Thomas Lombard, ancien trois-quarts international du club, consultant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer