1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le soldat français à la tête de mort braque une pharmacie
Le Point23/11/2013 à 14:53

Son foulard à tête de mort avait défrayé la chronique en janvier 2013 et lui aurait même valu une sanction de 40 jours d'arrêt. D'après Le Dauphiné, le légionnaire françaisqui avait arboré ce curieux masque lors d'une opération militaire au Mali dans le cadre de l'opération Serval ne s'est "pas remis" du scandale.Pour preuve, le quotidien régional révèle que le militaire a déserté la Légion en juin avant de se cloîtrer chez lui à Orange, absorbant une grande quantité d'alcool et de médicaments. Mercredi, il s'est présenté dans une pharmacie de la ville armé d'une kalachnikov démilitarisée afin de demander des médicaments.

"Interpellé chez lui peu de temps après, ivre mort, il dit ne se souvenir de rien", rapporte Le Dauphiné. Le lendemain, présenté en comparution immédiate, il a été condamné à trois ans de prison avec sursis par le tribunal de Carpentras, en comparution immédiate.Un cliché sans mise en scène

Le photographe de l'AFP ayant pris le fameux cliché s'était expliqué sur un blog de l'agence, comme le précise francetv info. "Un hélicoptère était en train d'atterrir et soulevait d'énormes nuages de poussière. Instinctivement, tous les soldats à proximité ont mis leurs foulards devant leurs visages pour éviter d'avaler du sable", avait raconté Issouf Sanogo, précisant qu'aucune mise en scène n'avait été orchestrée dans cette image. Le colonel Burkhard, porte-parole de...

Lire la suite sur Le Point.fr

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • TheNasty
    05 décembre13:15

    L'armée n'a jamais été tendre avec les déserteurs,le mot engagement n'est pas désuet de sens.Il n'a aucun frère d'arme.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer