Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le smartphone, drame des fabricants japonais d'appareils photo

Le Parisien19/05/2014 à 13:29

Le smartphone, drame des fabricants japonais d'appareils photo

(AFP) - Avec une chute de moitié de leurs ventes d'appareils photo en moins de cinq ans, les sept grands groupes japonais du secteur de l'image numérique vivent un véritable drame dont le coupable est tout désigné: le smartphone.Peu importe que leur marque et leur longue expérience soient encore un gage de qualité, les Nikon, Canon, Sony et Olympus souffrent durement depuis que les mobiles intègrent une fonction appareil photo.

Car pour le consommateur lambda, même si les images prises avec un smartphone n'égalent pas celles immortalisées par un boîtier reflex dédié, c'est largement suffisant dans la plupart des cas.

De plus, entre smartphones et appareils numériques compacts d'entrée de gamme, si hier "il n'y avait pas photo" --le compact l'emportait largement--, aujourd'hui, c'est pour ainsi dire du pareil au même.

Difficile de lutter, même si "on essaie de trouver des fonctions particulières que ne sont pas encore à même de réaliser les smartphones", expliquait récemment à l'AFP une porte-parole de Casio, premier groupe à avoir mis sur le marché en 1995 un appareil photo numérique à écran à cristaux liquides (LCD).

Selon les prévisions de ventes établies par Canon, Nikon, Sony, Fujifilm, Panasonic, Olympus et Casio, leurs ventes, tous modèles confondus, plafonneront à 48 millions d'exemplaires au cours des douze mois compris entre avril 2014 et mars 2015, deux fois moins que lors du pic atteint en 2010-2011.

"Les conditions du marché des appareils à objectif interchangeables se sont dégradées et le marché des compacts s'est considérablement rétréci", a regretté Nikon en présentant ses résultats annuels.

Le déclin est tel qu'Olympus a abandonné les modèles compacts pour ne plus se consacrer qu'au boîtiers dits hybrides sans miroir, un compromis entre compacts et encombrants reflex, qui ont le vent en poupe auprès du grand public.

- S'échapper par le haut -

Fujifilm, dont les ventes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.