Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le silence de Berlin sur les peintures saisies pointé du doigt

Reuters04/11/2013 à 21:57

LE SILENCE DE BERLIN SUR LA DÉCOUVERTE DE PEINTURES SAISIES PAR LES NAZIS POINTÉ DU DOIGT

par Alexandra Hudson

BERLIN (Reuters) - Une organisation juive a condamné le silence des autorités allemandes et leur "complicité morale" dans la dissimulation de peintures volées, après qu'il a été révélé que pendant deux ans, elles n'ont pas signalé la découverte d'un vaste lot d'oeuvres saisies par le régime nazi, parmi lesquelles des Picasso et des Matisse.

La découverte en 2011 de 1.500 oeuvres d'art par les douanes allemandes dans un appartement de Munich appartenant au fils aîné d'un marchand d'art du IIIe Reich a été révélée par le magazine allemand Focus au cours du week-end.

Les autorités du Land de Bavière n'ont fait pour l'heure aucune déclaration sur ce qui a tout l'air d'être l'une des plus importantes découvertes d'oeuvres saisies par les nazis. Elles ont programmé une conférence de presse pour mardi.

Le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seibert, a confirmé quant à lui la découverte et indiqué que des experts s'employaient à établir la provenance des oeuvres.

Focus écrit pour sa part que les oeuvres retrouvées au domicile de Cornelius Gurlitt pourraient avoir une valeur totale dépassant le milliard d'euros. Certaines de ces oeuvres, selon le magazine, pourraient avoir été achetées par son père, Hildebrand, aux collections des musées nationaux allemands. D'autres ont été saisies chez des collectionneurs juifs sous le IIIe Reich.

"Cette affaire illustre l'ampleur du pillage organisé des oeuvres d'art qui a eu lieu dans des musées et dans des collections privées", estime Rüdiger Mahlo, de l'organisation Conférence sur les réclamations matérielles des Juifs contre l'Allemagne.

PERQUISITION

"Nous demandons à ce que les peintures soient rétrocédées à leurs propriétaires d'origine. Il ne faut pas, comme dans ce cas, que ce qui moralement équivaut à la dissimulation de biens dérobés continue".

Il s'élève contre le manque de transparence dans le traitement de l'affaire et estime que ce cas est typique de l'attitude envers les oeuvres d'art volées, qui, dit-il, constituent pour certaines familles juives les derniers effets personnels de proches exterminés durant l'holocauste.

Selon Focus, Cornelius Gurlitt a vendu occasionnellement des oeuvres d'art et dispose d'un compte bancaire crédité d'un demi-million d'euros. Il a attiré les soupçons des autorités fin 2010 après avoir été surpris en train de se rendre de Zurich à Munich en possession d'une importante somme en liquide.

Une perquisition à son domicile avait alors débouché sur la découverte des oeuvres d'art.

Le ministre de la propagande du IIIe Reich, Joseph Goebbels, avait chargé Hildebrand Gurlitt de vendre à l'étranger les oeuvres d'"art dégénéré" saisies, afin d'enrichir l'Etat allemand. Gurlitt avait vendu certaines de ces oeuvres pour son propre profit et avait indépendamment acheté des oeuvres à des marchands d'art juifs contraints de vendre.

Après la guerre, il avait convaincu les Américains que, comme il avait une grand-mère juive, il avait été lui-même victime de persécutions. Il avait continué à travailler en tant que négociant d'art. Il est mort dans un accident de la route en 1956.

Eric Faye pour le service français

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.