1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Royaume-Uni ne tournera pas le dos à l'Europe, dit Cameron
Reuters28/06/2016 à 23:53

 (Actualisé avec déclarations supplémentaires) 
    BRUXELLES, 28 juin (Reuters) - David Cameron a déclaré mardi 
soir à Bruxelles que le Royaume-Uni n'avait pas l'intention de 
"tourner le dos à l'Europe" en dépit de sa décision de quitter 
l'Union européenne, décision dont il a confirmé qu'il laisserait 
le soin à son successeur de la mettre en oeuvre.  
    Au terme d'une réunion avec les 27 autres membres de 
l'Union, le Premier ministre britannique a confirmé que ce 
Conseil européen serait son dernier en tant que chef du 
gouvernement.  
    A l'annonce du résultat du référendum de jeudi dernier, il 
avait en effet annoncé son intention de quitter le pouvoir. Son 
successeur sera connu début septembre.  
    David Cameron a ajouté que son pays avait pour projet de 
trouver la meilleure forme de partenariat possible avec l'Union 
européenne, reconnaissant toutefois qu'il est impossible d'avoir 
"tous les bénéfices sans coûts", contrairement à ce qu'a laissé 
entendre Boris Johnson, le chef de file du camp du "Leave". 
    Le Premier ministre a répété qu'il laisserait le soin à son 
successeur au 10, Downing Street d'invoquer l'article 50 du 
traité européen de Lisbonne, qui déclenchera le processus de 
négociations formelles, et insisté sur le fait qu'il n'était pas 
possible, à ses yeux, de fixer un calendrier pour cela. 
    "Le sentiment largement dominant au sein de l'UE est (...) 
que la Grande-Bretagne a besoin de temps", a-t-il assuré, en 
dépit des appels répétés des dirigeants européens à une action 
rapide de Londres. 
    David Cameron a dit être "triste" de ne pas avoir réussi à 
convaincre les Britanniques de voter en faveur du maintien dans 
l'UE, mais ne pas regretter d'avoir organisé le référendum. 
"C'était la chose à faire", a-t-il insisté. 
 
 (Elizabeth Pineau et Jean-Baptiste Vey, édité par Tangi Salaün) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer