1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

« Le Roman de la colère » : Steinbeck, journaliste engagé et écrivain de la Grande Dépression
Le Monde23/10/2019 à 06:15

Un documentaire replace son chef-d'œuvre, « Les Raisins de la colère », dans son contexte historique et politique.

arte - mercredi 23 octobre - 22 h 35 - documentaire

Si ce documentaire fondé sur Les Raisins de la colère, roman qui fit scandale à sa parution il y a 80 ans, se révèle aussi passionnant, c'est que tous les ingrédients propices à un spectacle télévisé de haut vol sont au rendez-vous.

On y entend la voix chaude de Denis Podalydès, qui lit des passages du chef-d'œuvre de John Steinbeck (1902-1968) paru en 1939. On y admire les photos de Dorothea Lange, qui donnent aux migrants miséreux de l'époque âme, douleur et tendresse. On y retrouve avec plaisir Henry Fonda dans des extraits du célèbre film de John Ford tiré du roman et datant de 1940. Sans oublier les interventions éclairantes d'universitaires américains ainsi que de nombreuses archives d'actualité de l'époque, montrant la réalité crue et violente de la Grande Dépression.

Déshumanisation

Migrants d'hier, métayers ruinés des Etats du Midwest, ils ont été chassés de chez eux par la misère, les tempêtes de poussière, la mécanisation de l'agriculture et la cupidité des propriétaires terriens.

Sur la route 66 qui traverse le pays d'Est en Ouest, ils partent chercher une vie meilleure en Californie, là où les locaux accueilleront ces « bouseux », misérables pouilleux à l'accent si différent du leur, avec hostilité, voire haine. Sous le soleil californien, beaucoup d'entre eux seront parqués dans des bidonvilles. « C'est pas des êtres humains, ces gens-là, je te l'dis ! Ils ne valent pas beaucoup mieux que des chimpanzés... », écrit Steinbeck.

... Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer