Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le roi des Belges annonce abdiquer en faveur de son fils

Reuters03/07/2013 à 22:27

ALBERT II, ROI DES BELGES, VA ABDIQUER LE 21 JUILLET EN FAVEUR DE SON FILS PHILIPPE

BRUXELLES (Reuters) - Le roi des Belges, Albert II, a annoncé mercredi qu'il abdiquerait le 21 juillet, jour de la fête nationale en Belgique, en faveur de son fils Philippe.

Agé de 79 ans, le souverain dit ne pas "vouloir (se) maintenir en exercice à tout prix, sans être en mesure d'assumer pleinement (son) rôle".

"Je constate que mon âge et ma santé ne me permettent plus d'exercer mes fonctions comme je le voudrais", a-t-il dit dans une allocution radiotélévisée à la nation.

"C'est donc avec sérénité et avec confiance que je vous fait part de mon intention de démissionner le 21 juillet en faveur du prince héritier, mon fils Philippe", a-t-il ajouté.

Né le 6 juin 1934 et père de trois enfants, Albert II est arrivé sur le trône à l'âge de 59 ans, le 9 août 1993, après le décès de son frère Baudouin, qui n'avait pas d'héritier direct.

Si le rôle du roi des Belges, qui n'a aucun pouvoir exécutif, est largement symbolique, il constitue néanmoins un facteur d'unité pour la Belgique, pays fédéral où les prérogatives des gouvernements régionaux se sont élargies sous la pression des indépendantistes flamands.

Albert II a notamment joué un rôle de premier plan dans la préservation de la cohésion du pays lors de la crise gouvernementale qui a paralysé les institutions en 2010-2011.

Sur le plan sociétal, le sixième roi des Belges a promulgué en 2003 une loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe. Il a également promulgué une loi qui autorise sous certaines conditions l'euthanasie active, ainsi qu'une loi plus souple à l'encontre des détenteurs de cannabis pour leur consommation privée.

"Le prince Philippe est bien préparé pour me succéder", a assuré le souverain au sujet de son fils de 53 ans.

Albert II n'avait, lui, jamais été préparé à succéder à son frère Baudouin, dont la mort subite en 1993 avait précipité les choses.

C'est Philippe qui avait été couvé par Baudouin, qui le destinait au trône, mais les autorités du pays ne l'avaient à l'époque pas jugé prêt à régner.

En Flandres, de nombreux hommes politiques ont souvent mis en doute les qualités de Philippe à régner et dénoncé les défauts supposés de ce prince au néerlandais hésitant, jugé comme le représentant des francophones.

LE PRÉCÉDENT NÉERLANDAIS

En 1991, Herman Liebars, grand maréchal de la cour de 1974 à 1981, résumait dans un article du quotidien flamand De Morgen le sentiment dominant du palais royal sur ce prince timide: "Hij kan het niet" ("il n'en est pas capable").

Son mariage en 1999 avec la très populaire princesse Mathilde, avec laquelle il a eu quatre enfants, a considérablement amélioré son image et les nombreuses missions commerciales qu'il a dirigées à l'étranger l'ont endurci.

L'abdication d'Albert II intervient six mois seulement après l'annonce de celle de la reine Beatrix des Pays-Bas, qui a transmis le 30 avril le pouvoir à son fils aîné, Willem-Alexander, premier roi à monter sur le trône d'Orange depuis plus de 120 ans.

Agée de 75 ans, Beatrix avait annoncé en janvier son intention d'abdiquer après 33 ans de règne, assurant que son fils, à 46 ans, était "prêt, à tous les niveaux" à lui succéder.

En 1999, les médias belges ont révélé qu'Albert II avait eu un troisième enfant, une fille, lors d'une aventure extra-conjugale survenue dans les années 1960. Le palais royal n'a jamais confirmé cette information.

Delphine Boël dit être la fille non reconnue du souverain. Selon son avocat, elle a cité au mois de juin le roi Albert II, le prince Philippe et la princesse Astrid à comparaître devant le tribunal de première instance de Bruxelles pour tenter de faire reconnaître qu'elle est bien la fille du roi des Belges.

Robert-Jan Bartunek, Hélène Duvigneau et Bertrand Boucey pour le service français. Avec Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.