Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le risque d'une radicalisation islamiste "de masse" en France-rapport

Reuters03/07/2015 à 16:12

* Un mouvement particulièrement inquiétant pour Malek Boutih * Outils sociaux et économiques pour lutter contre le phénomène * Manuel Valls partage l'analyse du rapporteur PARIS, 3 juillet (Reuters) - La radicalisation islamiste de quelques milliers de Français menace de "basculer dans un phénomène de masse" si les autorités ne mènent pas des actions sociales et économiques en direction d'une "jeunesse frustrée", estime Malek Boutih dans un rapport remis au Premier ministre Manuel Valls. Face à ce constat alarmant, le député socialiste, ancien président de SOS Racisme, formule une série de recommandations, au-delà de l'arsenal législatif existant. On y trouve notamment la création de "'groupements d'action républicaine' alliant la puissance de l'Etat et le dynamisme des acteurs sociaux et économiques" ou d'une Banque publique d'investissement (BPI) pour les jeunes. "L'ampleur du phénomène et sa pénétration dans tous les milieux, avec la radicalisation de jeunes étudiants, et de jeunes filles en particulier, indiquent qu'on pourrait basculer dans un phénomène de masse", souligne Malek Boutih dans ce rapport dont Le Figaro dévoile vendredi la teneur. L'élu précise que les recruteurs de l'Etat islamique ciblent "des proies au profil plus stable et moins détectable". Au 4 juin, indique le rapport, 2.243 signalements via le numéro vert mis en place en avril 2014 ont été confirmés et transmis aux préfectures et aux services du renseignement intérieur. Au total, 3.600 personnes ont été "détectées". Près de 65% des jeunes Français impliqués dans les filières djihadistes ont moins de 25 ans. Les filles sont de plus en plus concernées (près de 40% des départs de France). "Face à ce défi inédit, il semble utile de doter la puissance publique d'un outil adapté, destiné à des opérations publiques fortes et relativement ponctuelles", écrit Malek Boutih, en l'occurrence des groupes d'actions républicaines. MICRO-CRÉDITS, BANKBUS Sous l'autorité de l'Etat, "ces groupements dirigés nationalement et localement par des femmes et des hommes d'expérience seraient engagés contractuellement sur des objectifs et un calendrier précis". Ils seraient habilités, localement, à agir sur les terrains de l'école, de la police et du logement, avec le soutien du secteur privé. Malek Boutih suggère l'instauration d'un "Etablissement public national", sous l'égide du Premier ministre, disposant d'une marge manœuvre décisionnelle et budgétaire pour la prévention et la prise en charge de jeunes radicalisés. La radicalisation trouvant son terreau dans la précarité sociale, Malek Boutih veut permettre aux jeunes d'exercer "leur esprit d'initiative" et pas une nouvelle allocation. "Une 'BPI jeune' pourrait voir le jour dont les fonds seraient distribués aux porteurs de projet de moins de 30 ans". Le député avance aussi les pistes du micro-crédit et de banques itinérantes, des "bankbus" qui iraient à la rencontre des jeunes dans les quartiers défavorisés. Malek Boutih insiste sur le rôle du secteur associatif, "l'une des rares références de confiance chez les jeunes". Les associations, déplore-t-il, pâtissent d'un manque de moyens et d'un carcan administratif trop rigide, deux obstacles auquel l'Etat doit remédier selon lui. Il recommande en outre la création d'un "corps d'assistants de vie de famille" pour épauler les familles concernées Manuel Valls a déclaré vendredi en marge d'un déplacement à Besançon (Doubs) qu'il partageait l'analyse de Malek Boutih selon laquelle il y a un phénomène de "radicalisation de masse". Le rapporteur décrit, selon lui, "un mouvement particulièrement inquiétant et qui conforte notre analyse, celle que nous allons faire face à un phénomène durable". "La réponse ne peut pas être que policière et judiciaire, ça ne peut pas être que la réponse des services de renseignement, c'est une réponse en profondeur", a-t-il ajouté en revenant sur la nécessité de mettre fin à "l'apartheid territorial, social et ethnique" qui caractérise selon lui certaine banlieues. (Sophie Louet, avec Gilbert Reilhac à Besançon, édité par Yves CLarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.