1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le retour en grâce du septennat

Le Point22/08/2016 à 11:25

Entrée du palais de l'Élysée (photo d'illustration). Le quinquennat a été plébiscité lors du référendum du 24 septembre 2000. Le oui l?a emporté à 73,21 %. Le taux de participation ne s'élevant il est vrai qu'à 30,19 %. 

La mission sur l'avenir des institutions, présidée par Claude Bartolone et Michel Winock, avait proposé sa réhabilitation en octobre dernier. L'idée d'un retour du septennat fait aujourd'hui florès auprès des politiques. Après Arnaud Montebourg (PS) pendant le week-end, Cécile Duflot (EELV) a, elle aussi, affiché sa volonté de réformer les institutions dans ce sens, ce matin, au micro de Jean-Jacques Bourdin sur BFM TV.

À dire vrai, Montebourg et Duflot ne sont pas les seuls. L'allongement de la durée du mandat présidentiel est réclamé depuis plusieurs années par Xavier Bertrand (Les Républicains), avec le soutien de Jean-Pierre Raffarin et Gérard Larcher. Et Marine Le Pen (FN) en a fait l'un de ses axes de campagne. Le retour au septennat a, par ailleurs, fait l'objet de deux propositions de loi constitutionnelle en 2014, à l'Assemblée nationale et au Sénat, déposées par des parlementaires de droite comme par des radicaux de gauche.

Contre l'hystérisation du débat politique

Envisagé dès 1973 par un Pompidou miné par la maladie, défendu par Lionel Jospin en 1995 et finalement instauré, après référendum en octobre 2000, le quinquennat était alors présenté comme un symbole de modernité. Ne visait-il pas à faire coïncider les mandats présidentiel et parlementaire afin d'éliminer les risques de cohabitation ? La limitation de la durée du bail élyséen devait, par ailleurs,...

Lire la suite sur Le Point.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • frk987
    22 août17:15

    Pardon 72 ça suffira pour le premier mandat et ça fera 79 pour le second donc fin à 86 ans. ON EST DANS le GROTESQUE.

    Signaler un abus

  • frk987
    22 août17:14

    Si l'âge super limite de candidature est 55 ans alors OK, mais avec des vieillards de 77 ans...ça NON NON NON

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer