1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le retour de Sarkozy vu du PS : "Il veut tout passer à la broyeuse"

Le Point25/09/2014 à 15:12

François Hollande et Nicolas Sarkozy le 6 juin 2014.

En apparence, les socialistes font tout pour minimiser le retour de Nicolas Sarkozy. François Hollande l'expédie tout simplement au rayon des antiquités en lâchant lors de sa conférence de presse du 18 septembre : "Ceux qui ont dirigé le pays hier et avant-hier ont parfaitement le droit de vouloir gouverner à nouveau demain et après-demain." Manuel Valls estime que cet événement "ne change rien" sur la scène politique française. Quant au patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, il dégaine une simple formule : "Son bilan sera son boulet."En réalité, la majorité observe avec attention le retour de l'ancien président. "Hollande est très vigilant. Il sait que Sarkozy ne se laissera pas bouffer facilement", assure un membre du gouvernement. "Si Sarkozy joue le coup, c'est parce qu'il est jouable", craint de son côté le député du Gers et ancien ministre de l'Écologie Philippe Martin, qui énumère toutefois une série de conditions : "Si on s'effondre, s'il se sort des affaires, s'il rassemble la droite, il a une chance d'y arriver.""Il n'est pas attendu par les Français"Dans l'entourage de Manuel Valls, on rappelle toutefois que le retour de Nicolas Sarkozy ne se déroule pas dans des conditions idéales pour l'ancien président. "Il revient par le parti parce qu'il n'est pas attendu par les Français. C'est le seul moyen pour lui d'éviter la primaire", analyse le député de l'Essonne Carlos Da Silva. Et ce proche du Premier ministre de lâcher...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer