Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le remaniement lancé avec le départ de Laurent Fabius

Reuters10/02/2016 à 18:50

LE DÉPART DE LAURENT FABIUS LANCE LE REMANIEMENT

PARIS (Reuters) - Le départ de Laurent Fabius, proposé mercredi par François Hollande à la présidence du Conseil constitutionnel, amorce le quatrième remaniement gouvernemental du quinquennat dont l'imminence se précise mais l'ampleur reste incertaine.

Le ministre des Affaires étrangères, qui a confirmé lui-même aux journalistes son changement de fonction à l'issue du conseil des ministres, devrait succéder à Jean-Louis Debré début mars, sauf vote contraire des commissions des Lois de l'Assemblée et du Sénat.

"J'ai dirigé la diplomatie française avec fierté et je l'ai servie avec bonheur", a-t-il déclaré lors de la séance des questions d'actualité à l'Assemblée, après avoir été applaudi par les députés de gauche.

Pour le remplacer au Quai d'Orsay, deux prétendants restaient mercredi parmi les plus cités : l'ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault, qui aurait les faveurs des diplomates, et Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie et ex-compagne de François Hollande.

"Le chef de l'Etat est muet, particulièrement sur le remplacement de Laurent Fabius", déclarait mercredi à Reuters une source proche des tractations.

Au vu des emplois du temps de l'exécutif, la nouvelle équipe appelée à diriger les affaires du pays jusqu'à l'élection présidentielle de 2017 et ressouder une majorité à hue et à dia pourrait être dévoilée jeudi matin ou vendredi.

Signe de plus, François Hollande sera l'invité des journaux de 20h00 de France 2 et TF1 jeudi, a annoncé la chaîne publique mercredi, après le vote de la réforme constitutionnelle par les députés qui lui redonne un peu d'air.

Parmi les hypothèses jugées les plus fondées, la nomination du président du Parti radical de gauche, Jean-Michel Baylet, serait acquise en contrepartie du départ de la ministre du Logement Sylvia Pinel, également membre du PRG, pour la vice-présidence de la région Midi-Pyrénées-Languedoc. Son éventuel portefeuille, en revanche, reste une inconnue.

La composante verte de la majorité, absente du gouvernement depuis la démission de Cécile Duflot et Pascal Canfin en mars 2014, pourrait s'incarner en un ou plusieurs postes.

LES ÉCOLOGISTES DE RETOUR?

La fonction emblématique de ministre de l'Ecologie, refusée la semaine dernière par Nicolas Hulot, pourrait être confiée à un actuel ou ex-responsable d'Europe Ecologie-les Verts.

Ainsi circulaient mercredi les noms d'Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d'EELV, des députés François de Rugy, Barbara Pompili ou du sénateur Jean-Vincent Placé, qui ont tous trois quitté le parti.

Côté socialistes, les députées Karine Berger, qui fut notamment directrice de la stratégie Étude et marketing du groupe d’assurances Euler Hermes, et Valérie Rabault, qui fut spécialiste des risques de marché sur les produits dérivés chez BNP-Paribas, sont considérées comme de possibles entrantes.

Les changements de personnes pourraient s'accompagner d'une restructuration des périmètres de certains ministères.

Emmanuel Macron plaide par exemple pour la création d'un "super" ministère de l'Economie aux compétences élargies.

Sa collègue du Travail, Myriam El Khomri, demande pour sa part un secrétaire d'Etat afin de suivre notamment la mise en oeuvre du plan formation de 500.000 chômeurs, a fait savoir son entourage. Myriam El Khomri doit présenter le 9 mars en conseil des ministres une loi réformant le Code du travail.

Le cercle des "hollandais" connaîtrait des fortunes diverses.

La crise agricole, qui frappe surtout la Bretagne, pourrait contrecarrer la volonté de Jean-Yves Le Drian de rester ministre de la Défense, alors qu'il a été élu à la présidence de la Région en décembre dernier, même s'il ne dispose à ce poste d'aucune compétence en matière agricole.

Stéphane Le Foll, qui n'a pas masqué sa lassitude à la tête du ministère de l'Agriculture, resterait finalement aux commandes, a-t-on appris auprès de son entourage.

(Elizabeth Pineau avec Sybille de la Hamaide et Gérard Bon, édité par Sophie Louet)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.