Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le référendum britannique sur l'UE "dangereux" selon Fabius

Reuters28/05/2015 à 09:57

PARIS, 28 mai (Reuters) - Le référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne est "dangereux" et la France n'a aucune intention d'accéder à des demandes qui entraîneraient un "démembrement" du bloc communautaire, a déclaré jeudi Laurent Fabius. Le Premier ministre britannique David Cameron est attendu jeudi soir pour un dîner à l'Elysée, dans le cadre d'une tournée des capitales européennes visant à sonder ses partenaires sur sa volonté de renégocier les traités, mal perçue à Paris et Berlin. (voir ID:nL5N0YI19W ) A quelques heures de cette visite, le ministre français des Affaires étrangères a rappelé que la France attendait de voir les propositions de David Cameron pour se prononcer mais voyait d'un mauvais oeil le référendum prévu. "Il a lancé ce projet de référendum, c'est quelque chose de très risqué", a dit Laurent Fabius sur France Inter. "Evidemment, la population britannique qui a été habituée à ce qu'on lui dise 'l'Europe c'est une mauvaise chose, l'Europe c'est une mauvaise chose', le jour où elle va être consultée, il y a un risque qu'elle dise : 'vous nous l'avez dit, l'Europe c'est une mauvaise chose", a-t-il ajouté. "Ce débat peut être inopportun mais s'il permet à la Grande-Bretagne de dire si oui, vraiment, elle veut être en Europe, ça peut avoir un aspect bénéfique. Je trouve ce processus au total assez dangereux." La France, a-t-il ajouté, souhaite que les Britanniques restent dans l'UE et est ouverte à des "améliorations" qui iraient dans le sens du discours tenu depuis décembre par la nouvelle Commission européenne. Cette dernière a fait voeu de simplifier le fonctionnement de l'UE et de limiter son champ d'action aux domaines stratégiques. "Tout le monde reconnaît qu'il y a des choses qui doivent être améliorées", a dit Laurent Fabius. "S'il s'agit de démembrer l'Union européenne, ce ne sera pas possible et là-dessus, nous avons l'intention de consulter étroitement avec nos amis allemands, de travailler avec la Commission, avec les autres. Si ça peut être un progrès, pourquoi pas, mais si c'est pour un démembrement, non." (Gregory Blachier, édité par Yves Clarisse)

10 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • frk987
    28 mai10:37

    Demandez aussi à un genevois s'il fait réviser sa voiture en Suisse, s'il achète de l'électro ménager en Suisse........

    Signaler un abus

  • frk987
    28 mai10:34

    Comparez la Suisse avec Monaco, avec le Lichtenstein, avec les îles anglo-normandes, avec Andorre, avec Saint Marin, avec le Vatican....mais STOP pour les comparaisons.

    Signaler un abus

  • frk987
    28 mai10:32

    Et pour finir, la taille de la Suisse permet à la majorité de sa population d'acheter hors du pays, ils jouent sur tous les tableaux, salaires élevés et super marchés français ou allemands....Par contre demandez aux habitants du centre de la Suisse ce qu'ils pensent des prix à la consommation......

    Signaler un abus

  • frk987
    28 mai10:29

    Suite : n'oubliez pas non plus que la retraite est à 67 ans, que l'indemnisation chômage c'est symbolique, que les frais de santé sont essentiellement à la charge des malades....Exactement l'opposé de la France. Facile avec ces différences de pouvoir dire : l'UE : rien à ......

    Signaler un abus

  • frk987
    28 mai10:25

    Et puis la Suisse : par rapport à un pays normal : c'est quasi zéro pour la défense, zéro pour l'aide sociale, et quoiqu'on en dise reste un paradis pour milliardaires réellement expatriés...on est vraiment loin du compte en France.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.