Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le réchauffement climatique serait plus marqué que prévu

Reuters20/11/2013 à 23:39

LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE S?AGGRAVERAIT

VARSOVIE (Reuters) - Le monde a de plus en plus de mal à limiter le réchauffement climatique, les mauvaises nouvelles du Japon et d'Australie effaçant les avancées en provenance des Etats-Unis et de Chine, à en croire un bilan publié mercredi par des scientifiques.

Selon le "Climate Action Tracker", la Terre se prépare à une hausse de température de 3,7°C au-dessus des moyennes de l'époque pré-industrielle à l'horizon 2100, au lieu d'une hausse de 3,1° si les gouvernements avaient tenu leurs promesses de limiter les émissions de gaz à effet de serre.

Les gouvernements, réunis à Varsovie jusqu'à vendredi pour une grande conférence sur le climat, essaient de trouver le moyen de limiter le réchauffement mondial à moins de 2,0° au-dessus des niveaux d'avant la révolution industrielle pour en limiter les dérèglements induits (sécheresses, pluies torrentielles, hausse du niveau des mers, etc.).

La conférence de Varsovie travaille à la création, pour 2015, d'un nouvel accord mondial sur le climat qui pourrait entrer en vigueur à partir de 2020.

L'étude parue mercredi, menée conjointement par Climate Analytics, le Postdam Institute for Climate Impact Research et Ecofys, souligne que la décision prise par le Japon la semaine dernière d'assouplir son objectif 2020 en matière d'émissions de gaz à effet de serre rend plus difficile d'atteindre l'objectif des 2°C de réchauffement au niveau mondial.

Le Japon a expliqué que son objectif d'origine d'une baisse de 25% de ses émissions sous les niveaux de 1990 était inatteignable après les dégâts causés à son industrie nucléaire par le séisme et le tsunami de mars 2011. Le Japon s'est fixé désormais une hausse de 3% à ne pas dépasser.

L'Australie a également fait marche arrière

"Ces signaux négatifs tendent à l'emporter sur les signaux positifs" constitués par exemple par l'interdiction des centrales au charbon dans certaines zones en Chine, lit-on dans l'étude.

RICHES ET PAUVRES DIVISÉS

Le problème du réchauffement apparait d'autant plus difficile à résoudre que les pays présents à Varsovie semblent divisés sur l'aide à apporter aux pays en développement pour les aider à réduire leurs émissions. Les ONG "vertes" se plaignent du flou qui règne en la matière.

"On ne voit pas de feuille de route pour le financement, seulement des sommes anciennes dans un nouvel emballage ou de l'argent réorienté en provenance d'autres budgets", dit Dipti Bhatnagar, de l'ONG Friends of the Earth International.

De nombreux pays riches, qui ont mis la priorité à la relance économique, semblent peu disposés à financer la note du réchauffement.

"On ne peut pas avoir un système avec une compensation automatique chaque fois qu'un événement climatique sévère se produit quelque part sur la planète", a déclaré la commissaire européenne chargée du Climat, Connie Hedegaard.

Les pays industriels ont promis d'augmenter les sommes allouées à l'aide aux pays en développement pour la porter à 100 milliards de dollars par an à l'horizon 2020, contre 10 milliards sur la période 2010-2012.

Les négociateurs ont mis sur pied un Green Climate Fund pour accueillir une partie des 100 milliards de dollars mais ce fonds est vide et ne sera pas alimenté avant le second semestre 2014.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) estime que des investissements supplémentaires de 1.000 milliards de dollars par an seront nécessaires à l'horizon 2020 pour le seul secteur énergétique afin qu'il se réoriente vers des sources d'énergie plus propres.

Alister Doyle et Nina Chestney; Danielle Rouquié pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.