1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le réchauffement climatique a transformé la Suède en terre viticole
Le Monde23/12/2018 à 06:28

Records de chaleur cet été, hausse de la température moyenne... La Suède est devenue un « bon » pays pour la viticulture. Partis de zéro, 250 jeunes passionnés comptent bien rivaliser avec les producteurs de grands crus.

En cet après-midi du mois de décembre, les paysages de Scanie n'ont jamais autant ressemblé aux décors glacés d'une série nordique. Un vent traître se déchaîne, balayant tout sur son passage et faisant dégringoler le mercure de plusieurs degrés. Dans le ciel, de lourds nuages noirs tourbillonnent. La terre est à nu. Les arbres, dépouillés. Il est 15 heures à peine. Une nuée d'oiseaux s'envole dans un murmure au-dessus d'un champ.

Quel illuminé aurait donc l'audace de venir y planter des vignes ? Et imaginer, un jour peut-être, servir son vin à la table du roi, le 10 décembre, lors du traditionnel dîner des Nobel ? Certes, l'Angleterre a réussi, en quelques décennies à peine, à se faire un nom sur la scène viticole mondiale, au point même que la grande maison Taittinger y achète des terres pour y planter ses pinots noirs, meuniers et chardonnays. Mais la Suède ?

« Un paradis pour la viticulture » Campé dans ses vignes, au sud de Malmö, à moins d'un kilomètre de la mer, Murat « Murre » Soufrakis n'en démord pas. « La Suède est un vrai paradis pour la viticulture, insiste-t-il. On n'a même pas besoin de traiter le raisin. Nous n'avons ni maladie ni insectes. C'est en partie grâce au climat et à la terre, encore vierge pour ce type de culture. »

Le climat, justement, parlons-en. De mémoire de Vikings, jamais on n'avait autant transpiré que cet été. Des records de chaleur atteints partout et du soleil à ne plus savoir qu'en faire. Vingt nuits tropicales, où le thermomètre n'e...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M1903733
    23 décembre13:44

    C'est pas une mauvaise nouvelle ça !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer