Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le rapport Merah relève des défaillances objectives

Reuters23/10/2012 à 21:04

DES DÉFAILLANCES OBJECTIVES MISES EN ÉVIDENCE DANS LE RAPPORT SUR L?AFFAIRE MERAH

PARIS (Reuters) - Le rapport de l'Inspection générale de la police sur l'affaire Merah, rendu public mardi par le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, relève des défaillances objectives, en particulier de la Direction nationale du renseignement intérieur (DCRI).

Mohamed Merah, l'auteur des tueries qui ont fait sept morts à Toulouse et Montauban en mars dernier, était dans le viseur de la DCRI depuis 2006 mais n'a pas été inquiété en raison d'une mauvaise appréciation de la menace qu'il représentait.

Les défaillances "échappent à l'erreur humaine caractérisée" mais tiennent à "la conjonction d'omissions et d'erreurs d'appréciation, à des problèmes de pilotage et d'organisation des services et à des cloisonnements encore très présents entre renseignements intérieur, police judiciaire et sécurité publique", dit le rapport.

Le patron de la DCRI au moment de l'affaire Merah, Bernard Squarcini, a déploré ne pas avoir été entendu par l'IGPN, contrairement aux juges d'instruction chargés du dossier qui l'ont auditionné pendant six heures.

"Je n'ai jamais été entendu par l'IGPN dans cette affaire", a-t-il assuré, cité par Le Figaro.fr.

Son avocat, Patrick Maisonneuve, a précisé à Reuters que Bernard Squarcini "n'avait pas mis en cause l'impartialité des rapporteurs", comme l'a écrit le quotidien.

Jean-Jacques Urvoas, président PS de la commission des lois de l'Assemblée nationale, s'interroge sur l'indépendance de l'inspection générale vis-à-vis de la direction de la police, dont dépend la DCRI.

"Les probables défaillances humaines sont éludées au profit de considérations purement administratives et organisationnelles", déplore-t-il dans un communiqué.

LE RAID DÉSTABILISÉ

Le rapport souligne le long délai de réaction de la DCRI, l'attentisme du service toulousain "en l'absence de réponse de sa centrale", et l'impréparation des agents qui avaient entendu le futur "djihadiste" en novembre 2011.

Des documents déclassifiés ont montré que les services de renseignements n'ignoraient rien des voyages de Mohamed Merah en Afghanistan et au Pakistan et qu'il était alors considéré comme une "menace directe".

Un rapport détaillait notamment sa proximité avec à la fois son frère Abdelkader, mis en examen pour complicité dans l'affaire de Toulouse, et des islamistes radicaux condamnés en 2009 pour avoir développé une filière de candidats au djihad.

Le rapport met également en évidence des défaillances lors de l'opération, à Toulouse, au domicile de Mohamed Merah, qui a abouti à sa mort.

Il constate que l'opération a été fragilisée d'emblée par l'absence de surveillance de l'appartement.

Les inspecteurs généraux s'étonnent en outre que l'unité d'élite du Raid ait été fortement déstabilisée par les coups de feu tirés par le jeune homme à travers sa porte.

"Il s'agit là d'une défaillance objective qui pose plusieurs questions, tant en termes de pilotage et de coordination du dispositif de surveillance que du choix des équipes à engager sur la mission", écrivent-ils.

Manuels Valls s'est rendu lundi au siège de la DCRI, à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), avant de rendre public le rapport. Dans un communiqué, le ministre rappelle avoir commandé ce rapport pour renforcer à l'avenir "l'efficacité des services de renseignements face aux mutations des menaces terroristes."

Le rapport comprend des pistes concrètes visant à renforcer les outils de détection, de surveillance et d'enquête, ainsi que d'évaluation des risques terroristes.

Il prévoit pour la DCRI la création d'une structure dédiée au pilotage des services territoriaux, le développement d'une structure d'audit interne, la formalisation des entretiens de prévention-dissuasion et le recours à des experts extérieurs.

Gérard Bon, édité par Patrick Vignal

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.