Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le ralentissement des crédits immobiliers se confirme

Reuters 19/10/2017 à 19:53

LE RALENTISSEMENT DES CRÉDITS IMMOBILIERS SE CONFIRME

PARIS (Reuters) - Le ralentissement du marché du crédit immobilier entamé en avril s'est confirmé au troisième trimestre en France dans un contexte d'accélération de la hausse des prix des transactions qui pénalise les jeunes et les plus modestes, selon les données publiées jeudi par l'Observatoire Crédit logement/CSA.

Sur les trois mois à fin septembre, le montant global des crédits accordés accuse un recul de 0,2% par rapport à un an plus tôt et leur nombre diminue plus encore (-6,3%).

Par comparaison, la production affichait encore des hausses trimestrielles de 29,9% à fin mars et de 4,1% à fin juin.

La tendance reste très favorable sur douze mois, grâce aux chiffres élevés de début de 2017, avec des montants en hausse de 15,3% et un nombre de crédits accordés en progression de 9,1%.

"Nous avons un effritement, qui commence a être visible sur tous les marchés, du nombre de prêts", a souligné lors d'une présentation Michel Mouillard, professeur d'économie à l'Université Paris-Ouest et responsable des travaux de l'Observatoire.

"Nous ne sommes pas en période d'effondrement, nous ne sommes pas en ouverture de récession, nous sommes en période d'atterrissage de la production et des marchés, nous sommes encore en 'soft' landing", a-t-il ajouté.

Selon lui, la raison n'est pas à trouver dans les conditions de financement toujours favorables - le taux moyen des crédits (1,56% en septembre) est pratiquement stable depuis avril, juste au-dessus des plus bas (1,31%) de novembre - mais dans la hausse rapide des coûts des transactions financées par emprunt.

Elle atteint 5,9% sur les neuf premiers mois de 2017 par rapport à la même période de 2016, après avoir déjà augmenté de 4,3% l'an passé, pendant que les revenus des ménages qui réalisent ces opérations n'ont progressé que de 1,7% (après +0,6% en 2016).

UN MARCHE PLUS DIFFICILE POUR LES MOINS RICHES

En conséquence, le coût relatif des opérations immobilières est monté à 5,0 années de revenus, soit le niveau le plus élevé constaté depuis le lancement de l'Observatoire au début des années 2000, contre 4,86 l'an passé à la même époque, et 4,48 en 2007, le sommet d'avant-crise.

Cette situation est particulièrement pénalisante pour les catégories les plus jeunes et les plus modestes, les principaux bénéficiaires des aides à l'accession à la propriété dans le neuf, qui ont alimenté le rebond du marché jusqu'en 2016.

La part des moins de 35 ans pour les emprunteurs dans le neuf est passée en un an de 50,1% à 49,2% et celle des accédants modestes (moins de 3 smic) de 37,8% à 37,1%. Par comparaison, elles se situaient à respectivement 54,7% et 43,9% en 2009.

"Il y a une dégradation pour les clientèles les plus modestes", souligne Michel Mouillard, "ceux qui ont porté l'expansion des marchés ces dernières années, notamment dans le neuf, sont en train de sortir progressivement".

L'universitaire ne voit pas pour l'instant d'inflexion du marché lié aux récentes annonces du gouvernement en matière de logement, comme le recentrage des dispositifs de soutien à l'investissement locatif et l'accession à la propriété (prêt à taux zéro, PTZ, et aides publiques, APL) sur les zones tendues.

Mais il s'inquiète de la disparition du dispositif "APL accession" et de la division par deux du montant des PTZ - une concession du président Emmanuel Macron, qui voulait à l'origine le supprimer complètement - dans les zones rurales, qui toucheront les prétendants à l'accession les moins riches.

"Le risque, c'est que ces catégories disparaissent", dit Michel Mouillard en soulignant que, si le prix de l'immobilier est moins cher dans les campagnes, le coût relatif (prix de la transaction rapporté aux revenus) des opérations réalisées "est exactement le même" que dans les grandes agglomérations, hors Paris.

(Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.