1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le PSG ne joue pas en équipe, et alors ?
So Foot26/02/2018 à 12:30

Le PSG ne joue pas en équipe, et alors ?

Dimitri Payet l'a martelé en conférence de presse : "Jouer en équipe, c'est beaucoup mieux que d'aligner des individualités." Peut-être, mais quand ces individualités sont Neymar, Cavani et Mbappé, à la fin, tu perds.

"Je l'ai déjà dit, s'il y a un point sur lequel je ne les envie pas, c'est que j'évolue aujourd'hui dans le plus grand club français, et surtout j'ai une équipe. On l'a encore vu récemment, jouer en équipe, c'est beaucoup mieux que d'aligner des individualités." Avant de "monter à Paris", Dimitri Payet tentait de lancer le Classique du championnat de France en servant une tarte à la crème des plus traditionnelles à son auditoire encarté : une bande de besogneux solidaires et bien organisés vaudront toujours mieux qu'un assemblage de stars égocentriques. La formule claque sec comme le fouet de Zorro dans le ciel de la Californie mexicaine. Et comme la chorégraphie un brin prétentieuse de Don Diego de la Vega, elle est aussi classe que superflue. En effet, si le capitaine de l'OM voit juste lorsqu'il assure que le Paris Saint-Germain n'est pas grand-chose d'autre qu'une somme d'individualités, il se trompe en assénant que "jouer en équipe, c'est beaucoup mieux". Dimitri : si les Parisiens ne font pas l'effort de "jouer en équipe", c'est tout simplement qu'ils n'en ont pas besoin.

L'OM ne rentre que cinq fois dans la surface parisienne


À la manière d'un Kinder Bueno, ce PSG est livré en deux parties. La première, constituée du trio d'attaque Neymar/Cavani/Mbappé, s'affranchit de la quasi-totalité du travail défensif. Une sale besogne que ces artistes laissent volontiers aux sept ouvriers que sont les milieux de terrain et les défenseurs. Ces derniers s'attachent à former un bloc le plus compact possible, afin de laisser Areola enchaîner les séances de squats jusqu'à en choper des crampes. Face à une telle disposition, les Marseillais n'ont eu aucun mal à conserver le ballon, une fois celui-ci sorti de leurs 30 mètres. Si bien qu'à la pause, les Olympiens font mine de regarder la terreur du championnat dans les yeux, avec 49% de possession de balle. Mais les yeux se baissent rapidement à la vue du panneau d'affichage. Le PSG possède deux buts d'avance, pour la simple raison que lors de leurs séquences de possession, les attaquants marseillais n'ont pas su trouver les solutions pour mettre la défense parisienne en difficulté. La comparaison avec les trois ténors

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer