Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le PS prépare un texte pour reconnaître la Palestine

Reuters05/11/2014 à 13:02

LE PS PRÉPARE UN TEXTE POUR LA RECONNAISSANCE DE LA PALESTINE

par John Irish

PARIS (Reuters) - Le groupe socialiste de l'Assemblée prépare un projet de résolution appelant le gouvernement français à reconnaître la Palestine en tant qu'Etat afin d'obtenir un règlement du conflit israélo-palestinien, a-t-on appris de source parlementaire.

La question de la reconnaissance de la Palestine devait être évoquée lors d'une réunion prévue mercredi après-midi entre le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius et des parlementaires socialistes, a ajouté une source diplomatique.

"Depuis le dernier conflit israélo-palestinien (à Gaza-NDLR), les déclarations des politiques français à l'époque, notamment du président de la République, et les reconnaissances successives du parlement britannique et de la Suède, le débat est au coeur de la réflexion du groupe socialiste dans son ensemble", dit à Reuters une source parlementaire.

La Suède a reconnu le 30 octobre dernier la Palestine en tant qu'Etat, une décision qui a été aussitôt saluée par l'Autorité palestinienne et critiquée par Israël.

Quinze jours plus tôt, le parlement britannique avait adopté une motion non contraignante plaidant pour la reconnaissance de la Palestine en tant qu'Etat.

Dans le projet français lancé par la présidente de la Commission des Affaires étrangères Elisabeth Guigou et dont Reuters a obtenu une copie, les parlementaires constatent "l'échec des tentatives de relance du processus de paix".

Ils pointent "les menaces pesant sur la solution des deux Etats, notamment la poursuite illégale de la colonisation dans les territoires palestiniens qui mine la viabilité d'un futur Etat palestinien souverain" ainsi que la montée des tensions menaçant "d'engendrer un nouveau cycle de violence".

"SYMBOLIQUE"

Jugeant impératif la reprise des négociations en vue d'aboutir à un règlement définitif du conflit, ils soulignent que "la solution des deux Etats, promue avec constance par la France et l'Union européenne, suppose la reconnaissance de l'Etat de Palestine."

Ils invitent donc "le gouvernement français à faire de la reconnaissance de l'Etat de Palestine un instrument pour obtenir un règlement définitif du conflit".

De source parlementaire, on précise que ce texte n'a pour l'heure été partagé qu'entre députés socialistes.

"Au moment où nous parlons, la résolution n'est pas définitive ni approuvée", a dit cette source.

Un vote au sein du groupe PS pourrait intervenir dans les jours et les semaines qui viennent, indique-t-on de même source.

Une fois adopté, le projet de résolution devra être déposé à l'Assemblée nationale et soumis à la conférence des présidents qui se prononcera en faveur ou non d'un débat public.

Interrogé mi-octobre à ce sujet, le président du groupe d'études à vocation internationale France-Palestine de l'Assemblée nationale, Michel Issendou (PS) avait indiqué que rien ne permettait de dire que cette résolution obtiendrait un vote quasi unanime comme ce fut le cas en Grande-Bretagne.

Le 14 octobre, au lendemain du vote britannique, Laurent Fabius avait estimé que la reconnaissance de la Palestine ne devait pas seulement être symbolique mais être utile à la paix.

Si elle ne reconnaît pas la Palestine en tant qu'Etat, la France a voté en 2011 en faveur de l'adhésion des Palestiniens comme membres à part entière de l'Unesco et s'est prononcée en 2012 en faveur de la reconnaissance de la Palestine en tant qu'"Etat observateur non-membre" au sein de l'Onu.

Relancées l'an dernier sous l'égide des Nations Unies, les négociations de paix israélo-palestiniennes ont été suspendues en avril après l'annonce d'un accord de partage du pouvoir entre le Hamas et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Au total, 135 pays reconnaissent l'Etat palestinien, parmi lesquels plusieurs pays d'Europe de l'Est qui l'ont fait avant d'entrer dans l'Union européenne.

(Marine Pennetier pour le service français, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.