Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le PS fait bloc autour de Hollande dans l'affaire Cahuzac

Reuters18/07/2013 à 21:08

DÉBATS AU SEIN DE LA COMMISSION CAHUZAC SUR LE RÔLE DE FRANÇOIS HOLLANDE

PARIS (Reuters) - La majorité socialiste a accusé jeudi l'opposition de droite de chercher à instrumentaliser la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Jérôme Cahuzac pour tenter de déstabiliser François Hollande.

Les esprits s'échauffent autour d'une réunion qui s'est tenue à l'Elysée le 16 janvier en présence de l'ex-ministre du Budget pour décider d'une demande d'entraide fiscale avec la Suisse, afin de savoir s'il y dissimulait un compte bancaire.

Le président centriste de la commission d'enquête, Charles de Courson, y a vu un signe de plus que François Hollande était sans doute "le mieux informé" au sein de l'exécutif, dès le début, des graves soupçons pesant sur Jérôme Cahuzac.

Plusieurs figures de la majorité de gauche se sont aussitôt insurgées contre la mise en cause du président de la République, invitant Charles de Courson à ne pas outrepasser son rôle.

Pour l'entourage du chef de l'Etat, il s'agit d'"une histoire montée par la droite en pleine torpeur estivale" car "il fallait bien que le président demande à l'intéressé" de s'expliquer sur des rumeurs et informations de presse.

"Jérôme Cahuzac a toujours dit 'il n'y a rien' jusqu'à ce qu'il jette l'éponge", après l'ouverture d'une information judiciaire le visant le 19 mars pour blanchiment de fraude fiscale, a-t-on ajouté.

Les débats au sein de la commission ont tourné à l'aigre mercredi quand ses membres issus de l'opposition ont jugé que de sérieux doutes subsistaient sur ce que savait l'Elysée du compte caché de l'ex-ministre du Budget et à partir de quand.

"UN MUR FISSURÉ"

Le rapporteur socialiste, Alain Claeys, affirme que rien ne peut justifier l'affirmation de Charles de Courson selon laquelle des "preuves" existent que François Hollande était informé dès la publication des révélations du site d'informations Mediapart le 4 décembre.

"Il n'y a pas eu de preuves avant le 19 mars", date à laquelle le parquet de Paris ouvre une information judiciaire, dit-il au Monde, daté de vendredi.

Les interrogations sur le rôle de l'Elysée ont surgi mardi quand le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a confirmé sous serment la tenue de la réunion du 16 janvier en présence de François Hollande, du Premier ministre Jean-Marc Ayrault et, surtout, de Jérôme Cahuzac.

Or, l'ex-ministre du Budget avait passé sous silence cette réunion lors de son audition le 26 juin. La commission d'enquête a donc décidé de le convoquer à nouveau le 23 juillet, après avoir entendu Marion Bougeard, qui fut sa conseillère pour la communication.

Aux yeux des membres UMP de la commission, la question est de savoir si Jérôme Cahuzac a été "associé" à la démarche visant à saisir l'administration fiscale helvétique pour savoir s'il avait un compte à l'UBS ou simplement mis au pied du mur.

Pour l'UMP Georges Fenech, la présence de l'ancien ministre du Budget à cette réunion au sommet montre que la "muraille de Chine" que Pierre Moscovici disait avoir dressée autour de lui n'est plus qu'un "mur fissuré."

S'engouffrant dans la brèche, Charles de Courson a répété mercredi et jeudi que François Hollande avait, "entre le 4 et le 18 décembre, l'ensemble des informations lui permettant de se rendre compte que des preuves graves, selon lesquelles Jérôme Cahuzac détenait un compte en Suisse, existent".

RAPPEL DES "RÈGLES"

Il s'est notamment fondé sur les déclarations de l'avocat du site d'information Mediapart disant avoir communiqué avec l'Elysée peu après la révélation de l'affaire le 4 décembre et un appel au cabinet de François Hollande le 15 décembre d'un opposant politique de Jérôme Cahuzac.

Ces propos ont déclenché un tollé au sein de la majorité. Pierre Moscovici a fait savoir qu'il adressait à Charles de Courson un courrier répondant point par point à ses allégations.

La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a enjoint jeudi Charles de Courson de "respecter les règles" et d'"éviter d'aller distiller des doutes, des soupçons, des présupposés ici ou là". "Qu'on arrête d'instrumentaliser plus que de besoin ce sujet", a-t-elle dit sur France 2.

"M. de Courson cherche à se faire un nom, à se faire de la publicité, à se faire connaître. Ce n'est pas une commission d'interprétation qu'il préside, c'est une commission d'enquête", a renchéri sur Europe 1 le sénateur socialiste François Rebsamen, un proche du chef de l'Etat.

Le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux, s'est montré lui aussi très critique.

"J'ai suivi toutes les auditions, soit de façon directe soit en les regardant après. Je n'ai vu absolument aucune preuve, et donc M. de Courson me semble aujourd'hui en situation, lui qui est le président, de dire des choses très graves", a-t-il dit sur i>TELE.

Service France, édité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.