Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le propriétaire du volailler Doux prêt à ouvrir le capital

Reuters24/06/2012 à 15:00

PARIS (Reuters) - Charles Doux, qui détient 35% des parts du volailler en grandes difficultés et qui emploie 3.400 personnes, se dit prêt à ouvrir le capital de cette société familiale pour tenter de la sauver, alors qu'une cession globale est envisagée.

La société est en redressement judiciaire depuis le 1er juin et vendredi, un des administrateurs a proposé le lancement d'un appel d'offres pour une reprise globale de l'entreprise avec maintien des activités. La justice commerciale devra trancher si des propositions sont émises.

Ce dossier est devenu emblématique du "redressement productif" promis par le ministère du même nom dirigé par le socialiste Arnaud Montebourg.

Dans un entretien au Journal du dimanche, Charles Doux lance un appel à d'éventuels nouveaux partenaires. La famille Doux détient au total 80% du capital.

"Je suis prêt à ouvrir le capital pour assurer l'intégrité du groupe. Je suis décidé à aller très loin. S'il le faut, je discuterais dans un mois quand nous serons sortis de l'urgence", dit-il.

Lancé dans une course contre la montre pour trouver des fonds qui permettent le paiement des éleveurs, des fournisseurs et la poursuite de l'activité, le groupe Doux a fait savoir qu'il attendait 20 millions d'euros lundi à la suite de la mise en vente d'une usine "non stratégique".

Cette vente ne serait toutefois pas suffisante selon l'administrateur judiciaire pour permettre au groupe de faire face à ses échéances. Une ligne de crédit de 30 à 35 millions d'euros aurait été nécessaire pour permettre à l'entreprise de fonctionner normalement au cours des prochaines semaines.

Charles Doux cite dans son entretien le chiffre de 17 millions d'euros pour l'usine et demande à Natixis, qui détient des créances du groupe, de débloquer 10 millions d'euros.

Il refuse toute responsabilité personnelle et confirme avoir refusé à Arnaud Montebourg une prise de contrôle par la banque Barclays. "Je ne pouvais céder le contrôle à une banque anglo-saxonne, qui ne donnait aucune garantie sur l'emploi et la filière", dit-il.

Prié de dire si sa fortune personnelle est ou non de 280 millions d'euros, comme le disent certaines évaluations, il conteste sans donner de chiffres et déclare : "je suis ulcéré par les attaques personnelles".

Thierry Lévêque, édité par Hélène Duvigneau

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.