Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le président ukrainien dit craindre une "invasion" russe

Reuters05/06/2015 à 00:01

* L'armée ukrainienne annonce cinq morts dans ses rangs * Les rebelles font état de 19 morts de leur côté * Des armes lourdes utilisées près de Donetsk * Porochenko dit craindre une "invasion généralisée" (Actualisé avec réunion à l'Onu vendredi §5, Obama §19) par Pavel Polityuk et Richard Balmforth KIEV, 4 juin (Reuters) - Evoquant une "gigantesque menace", le président ukrainien Petro Porochenko a affirmé jeudi que plus de 9.000 militaires russes se trouvaient en Ukraine et a accusé Moscou de vouloir "envahir" son pays. Des combats ont fait cinq morts et 39 blessés mercredi dans les rangs de l'armée ukrainienne près de Maryinka, à l'ouest du bastion rebelle de Donetsk, selon Iouri Birioukov, un conseiller du président ukrainien. Les insurgés prorusses, qui accusent pour leur part l'armée ukrainienne d'être responsable de cette flambée de violence, affirment avoir eu de leur côté 19 morts -- 15 combattants et quatre civils. Les deux camps ont fait usage d'armes lourdes au cours de ces combats, les plus violents depuis des mois dans la région. Le Conseil de sécurité des Nations unies doit se réunir vendredi pour évoquer la situation en Ukraine, a-t-on appris de source diplomatique. Prononçant devant le Parlement son discours sur l'état de la nation, Petro Porochenko a déclaré jeudi matin que l'armée ukrainienne devait se préparer à défendre le pays contre "une invasion généralisée" le long de sa frontière avec la Russie. "L'armée doit être prête à une reprise de l'offensive ennemie dans le Donbass mais aussi à une invasion généralisée le long de notre frontière avec la Russie. Nous devons vraiment nous y préparer", a-t-il lancé. "La concentration de forces russes près de notre frontière est une fois et demie plus importante qu'il y a un an", a-t-il affirmé, annonçant une hausse du budget de la défense. Mercredi, le ministère ukrainien de la Défense a déclaré que les séparatistes attaquaient les forces gouvernementales près de Maryinka, à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de Donetsk, en violation du cessez-le-feu décrété en février à Minsk, la capitale biélorusse. Ils ont été repoussés après douze heures de combats, a précisé le ministère de la Défense. Jeudi matin, la situation restait "tendue mais stable" près de Maryinka, a dit un porte-parole militaire. MOSCOU ACCUSE KIEV "Par trois fois les séparatistes ont bombardé nos positions durant la nuit. En ce moment, une opération est menée pour localiser des groupes de saboteurs infiltrés", a-t-il ajouté. L'armée ukrainienne rapporte par ailleurs que les rebelles ont ouvert le feu durant la nuit sur les positions gouvernementales près de Marioupol, sur la mer d'Azov, et sur des villages près de Louhansk, un bastion séparatiste. A Moscou, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a de nouveau accusé Kiev d'être responsable des combats. "Les accords de Minsk conclus en février sont constamment mis en péril par les autorités de Kiev", a-t-il dit. Pour le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, Kiev cherche à faire pression sur l'Union européenne, qui doit se prononcer prochainement sur la poursuite des sanctions contre Moscou. "Souvent par le passé, la partie ukrainienne a pris des initiatives afin d'aggraver les tensions avant certains événements internationaux d'importance. Nous y sommes habitués et cela se produit une nouvelle fois, ce qui nous inquiète beaucoup", a-t-il dit. L'Union européenne a demandé la fin de ces affrontements, les plus graves selon elle depuis février, qui risquent d'entraîner la région "dans une nouvelle spirale de violences et de souffrances". Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a estimé que Moscou avait une responsabilité particulière en Ukraine et devait agir pour faire cesser les combats. Il a demandé le retrait des armes lourdes de la ligne de front, comme prévu par l'accord de Minsk. La Maison blanche a de son côté fait savoir que Barack Obama plaiderait en faveur du maintien des sanctions européennes imposées à la Russie à l'occasion du sommet du G7 qui doit s'ouvrir dimanche en Allemagne. La France a appelé à faire cesser "immédiatement" les affrontements et a exhorté toutes les parties à appliquer l'accord de février. L'Allemagne a fait part de son inquiétude face aux "graves violations" de l'accord de cessez-le-feu. (Avec Gabriela Baczynska et Noah Barkin; Danielle Rouquié, Guy Kerivel et Tangi Salaün pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.