Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le président italien Giorgio Napolitano envisage de démissionner

Reuters30/03/2013 à 13:29

LE PRÉSIDENT ITALIEN N'EXCLUT PAS DE DÉMISSIONNER

par Giselda Vagnoni

ROME (Reuters) - Le président italien Giorgio Napolitano n'exclut pas de démissionner immédiatement pour permettre la tenue de nouvelles élections et sortir le pays de l'impasse politique, a déclaré samedi une personne au fait du dossier.

"L'idée est sur la table parmi beaucoup d'autres", a confié ce responsable. Le chef de l'Etat, qui devrait s'exprimer dans les prochaines heures sur la situation, "ne souhaite pas maintenir le pays dans l'incertitude", ajouté cette source.

Les élections législatives des 24 et 25 février ont accouché d'un parlement bloqué et les discussions exploratoires en vue de la formation d'un gouvernement ont échoué.

Or la constitution italienne interdit au président de la République de dissoudre le parlement dans les derniers mois de son mandat. Celui de Giorgio Napolitano, qui est âgé de 87 ans, s'achève normalement le 15 mai.

L'hypothèse de sa démission est évoquée par toute la presse quotidienne samedi matin, au lendemain de l'échec de consultations menées par le chef de l'Etat auprès des principaux partis de la Péninsule.

Cette fuite pourrait viser uniquement à faire pression sur les responsables politiques afin qu'ils rapprochent leurs positions, mais celles-ci sont tellement éloignées que l'espoir d'une solution sans nouvelles élections s'est aujourd'hui largement évanoui.

LA DROITE REMONTE DANS LES SONDAGES

Le chef du centre gauche Pier Luigi Bersani, dont le Parti démocrate allié au parti SEL (Gauche-Ecologie-Liberté) contrôle la Chambre des députés mais n'a pas de majorité au Sénat, n'a pas obtenu cette semaine de soutiens suffisants pour pouvoir envisager de former un gouvernement.

Il rejette l'idée d'un "governissimo" avec la droite de l'ancien président du Conseil Silvio Berlusconi, qui réclame le droit de nommer le successeur de Giorgio Napolitano.

La droite berlusconienne rejette de son côté l'hypothèse d'un nouveau gouvernement formé de technocrates comme le cabinet sortant de Mario Monti.

Le grand vainqueur des législatives, le Mouvement Cinq Etoiles de l'humoriste contestataire Beppe Grillo, devenu le premier parti de la Péninsule en terme de voix, exclut quant à lui de soutenir un gouvernement qu'il ne dirigerait pas lui-même, même s'il est loin de la majorité en nombre de sièges.

En cas de démission de Napolitano, un nouveau président devrait être élu par les deux chambres du parlement ainsi que des représentants des régions, ce qui augure encore d'une féroce bataille entre les trois grands blocs politiques.

Si le nouveau président finalement élu décidait de dissoudre le parlement, de nouvelles élections devraient être organisées dans un délai de 45 à 70 jours.

Les derniers sondages suggèrent que Berlusconi, éjecté du siège de président du Conseil par la crise de la dette en novembre 2011, poursuit sa remontée dans l'opinion.

Selon une enquête de l'institut SWG, l'alliance de centre droit entre le Peuple de la liberté de Berlusconi et la Ligue du Nord obtiendrait 32,5% des voix en cas de nouveau vote, contre 29,6% au centre gauche et 24,8% au Mouvement Cinq Etoiles.

Ces sondages pourraient inciter Berlusconi à parier sur des élections rapides, même si un nouveau scrutin sans modification de la loi électorale risquerait d'aboutir encore à une impasse.

Avec James Mackenzie; Jean-Stéphane Brosse pour le service français

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.