1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le président gambien rejette le résultat de l'élection
Reuters10/12/2016 à 02:21

    * L'opposition rejette la "provocation" de Yahya Jammeh 
    * Le Sénégal demande une réunion du Conseil de sécurité de 
l'Onu 
 
 (Actualisé avec Barrow, demande d'une réunion de l'Onu du 
Sénégal) 
    BANJUL, 10 décembre (Reuters) - Le président de Gambie, 
Yahya Jammeh, a annoncé vendredi qu'il rejetait le résultat de 
l'élection du 1er décembre remportée par le chef de file de 
l'opposition, Adama Barrow, et a appelé à la tenue d'un nouveau 
scrutin. 
     L'annonce du président à la télévision nationale plonge le 
pays dans l'incertitude. Le 2 décembre, Yahya Jammeh avait 
reconnu sa défaite électorale après 22 ans au pouvoir, suscitant 
l'espoir d'une transition démocratique.   
    "Après une enquête complète, j'ai décidé de rejeter le 
résultat de la récente élection. Je déplore des anomalies 
sérieuses et inacceptables qui se sont apparemment manifestées 
lors du processus électoral", a-t-il déclaré. 
    "Je recommande de nouvelles élections transparentes qui 
seront arbitrées par une commission électorale indépendante et 
dans la crainte de Dieu", a poursuivi le président gambien. 
    Cette annonce promet de rendre difficile l'établissement 
d'un gouvernement d'alternance, une tâche déjà rendue ardue par 
les deux décennies de fidélité de l'armée au président Jammeh. 
Adama Barrow devait entrer en fonction en janvier après une 
période de transition. 
    "Nous sommes en train de consulter sur l'action à adopter, 
mais en ce qui nous concerne, le peuple a voté", a dit à Reuters 
le chef de l'équipe de transition de Barrow, Mai Ahmad Fatty. 
"Nous allons maintenir la paix et la stabilité et ne laisserons 
personne nous provoquer et (nous amener) dans la violence". 
    Les résultats officiels ont attribué 45,5% des votes à Adama 
Barrow, un promoteur immobilier qui a travaillé un temps comme 
garde de sécurité à Londres. Le président actuel a recueilli 
pour sa part 36,7% des suffrages. 
    Les groupes de défense des droits de l'homme ont dénoncé des 
détentions arbitraires, l'usage de la torture et le meurtre 
d'opposants politiques par le régime de Yahya Jammeh.   
     Le Sénégal, membre non-permanent du Conseil de sécurité des 
Nations unies, a annoncé samedi avoir demandé la tenue d'une 
réunion d'urgence de l'organe exécutif sur le sujet. 
    Le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Mankeur 
Ndiaye, a demandé à la télévision au président Jammeh de 
respecter le verdict des urnes et l'a "solennellement" mis en 
garde contre des actions contraires aux intérêts sénégalais et 
au peuple sénégalais. 
 
 (Matthew Mpoke Bigg; Julie Carriat pour le service français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer