1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le président gambien Jammeh annonce qu'il ne quittera pas le pouvoir
Reuters21/12/2016 à 02:16

 (Actualisé avec déclarations, § 3-4) 
    BANJUL, 21 décembre (Reuters) - Le président gambien Yahya 
Jammeh, qui rejette sa défaite électorale au scrutin 
présidentiel du 1er décembre, a annoncé mardi soir qu'il ne 
quitterait pas le pouvoir au terme de son mandat, le 18 janvier 
prochain. 
    Jammeh, qui s'exprimait à la télévision publique, a 
également condamné la Communauté économique des Etats de 
l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), qui a annoncé ce week-end qu'elle 
prendrait toutes les mesures nécessaires pour que le résultat de 
la présidentielle soit respecté. 
    "Je ne suis pas un lâche. On ne peut pas intimider ou violer 
mes droits. Telle est ma position. Nul ne peut me priver de la 
victoire à l'exception d'Allah le Tout-Puissant", a-t-il dit. 
    Quant à la médiation de la Cédéao, il a affirmé qu'elle 
n'était pas équitable. "Avant même de venir, ils avaient déjà 
déclaré que Jammeh devait partir. Je ne partirai pas", a-t-il 
ajouté. 
    D'après la commission électorale, l'opposant Adama Barrow 
l'a emporté avec 43,3% des voix, soit moins de 20.000 voix 
d'avance sur le président sortant (l'élection présidentielle en 
Gambie est un scrutin majoritaire à un tour). 
    Après avoir reconnu dans un premier temps sa défaite, Yahya 
Jammeh, au pouvoir depuis 22 ans, a annoncé le 9 décembre qu'il 
avait changé d'avis et réclame la tenue d'un nouveau scrutin. 
 
 (Matthew Mpoke Bigg; Henri-Pierre André pour le service 
français) 
 

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Franck8
    21 décembre03:42

    Consternant ! Un dictateur officiel de plus. Comment s' en débarrasser ?

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer