Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le président de la SNCM a refusé le dépôt de bilan

Reuters13/12/2013 à 14:50

LE PRÉSIDENT DE LA SNCM A REFUSÉ LE DÉPÔT DE BILAN

MARSEILLE (Reuters) - Les actionnaires privés de la Société nationale Corse Méditerranée (SNCM), dont Veolia, ont demandé le dépôt de bilan de la compagnie, ce que le président du directoire a refusé, a-t-on appris vendredi de source proche de la direction.

Marc Dufour, qui préside aux destinées de la compagnie en grande difficulté qui assure la desserte entre la Corse et le continent, a confirmé le fait dans une interview au quotidien La Provence publiée vendredi, sans donner de précisions.

"J'ai refusé. Cette solution du dépôt arrangerait tout le monde car il n'y aurait plus rien à payer", a-t-il dit.

"Mais il y a les salariés, les familles, nos sous-traitants qui nous appuient. Je suis convaincu que la SNCM a un avenir. A la condition d'évoluer", a-t-il ajouté.

Une source proche de la direction de la SNCM a confirmé à Reuters que ce sont les actionnaires privés de la compagnie, c'est-à-dire Transdev, coentreprise de transports publics de Veolia Environnement et de la Caisse des dépôts, qui ont proposé ce dépôt de bilan de la compagnie maritime.

De source proche du dossier, on souligne que le dépôt de bilan est la seule solution pour sortir de l'impasse, la Commission européenne ayant ordonné à l'Etat de récupérer 440 millions d'euros d'aides reçues lors de sa privatisation et pour assurer ses obligations de service public.

"Le mot dépôt de bilan fait peur, mais c'est la seule mesure qui permettrait d'avancer et de ne pas rembourser les 440 millions d'euros", dit cette source, selon laquelle la Caisse des dépôts et même l'Etat seraient sur la même ligne.

DES REPRENEURS ?

Marc Dufour a par ailleurs relativisé les problèmes de trésorerie de la SNCM.

"Nous estimons que la Corse nous doit 60 millions puisqu'elle ne nous paie plus depuis juillet. Et puis il y a les actionnaires. J'ai besoin de 13 millions d'euros pour faire le relais avec la saison prochaine. Je ne suis pas inquiet."

De source proche du dossier, on s'étonne de cette confiance affichée par le président du directoire de la SNCM.

La compagnie, dit-on, doit déjà une centaine de millions d'euros à ses actionnaires privés, subira cette année encore des pertes et demande 13 millions d'euros supplémentaires sans pouvoir donner la moindre garantie qu'elle pourra rembourser.

"Je ne vois pas très bien comment Marc Dufour peut relativiser ses problèmes de trésorerie", a déclaré la source.

Le président du directoire a également confirmé que deux armateurs, un français et un étranger, s'étaient manifestés pour la reprise de l'entreprise qui emploie 2.600 personnes.

L'Etat a introduit des recours contre les décisions de la Commission européenne, qui risquent de provoquer la faillite de la société détenue à 66% par Transdev, à 25% par l'Etat et à 9% par ses salariés.

Un rapport d'une commission d'enquête de l'Assemblée nationale publié mercredi a qualifié de "gâchis épouvantable" la privatisation de la SNCM en 2006 qui a coûté environ 400 millions d'euros à l'Etat.

La CGT et la CGC des marins de la SNCM ont déposé un préavis de grève reconductible à partir du 1er janvier prochain pour dénoncer les nouvelles obligations de service public mises en place par la Collectivité territoriale de Corse.

François Revilla, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.