Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

BNP PARIBAS BR-A

61.63EUR
+0.08% 
Ouverture théorique 61.63
indice de référence CAC 40

FR0000131104 BNP

Euronext Paris données temps réel
Politique d'exécution
  • ouverture

    61.75

  • clôture veille

    61.58

  • + haut

    61.87

  • + bas

    61.48

  • volume

    1 472 129

  • valorisation

    76 967 MEUR

  • capital échangé

    0.12%

  • dernier échange

    21.05.18 / 17:38:43

  • secteur

    Banques

  • Indice de référence

    CAC 40

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    57.94

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    65.32

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

    Ajouter BNP PARIBAS BR-A à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter BNP PARIBAS BR-A à mes listes

    Fermer

Le précédent BNP Paribas plane sur les projets français en Iran

Reuters17/07/2015 à 15:35

* La question des transactions financières jugée centrale * Le précédent BNP Paribas encore dans tous les esprits * Une délégation du Medef en septembre à Téhéran par Marine Pennetier PARIS, 17 juillet (Reuters) - Les entreprises et banques françaises qui souhaitent réinvestir en Iran à la faveur de l'accord conclu avec Téhéran sur le nucléaire oscillent entre enthousiasme économique et prudence juridique un an après l'amende infligée à BNP Paribas BNPP.PA . "Il y a une opposition entre les directeurs commerciaux qui voient un marché très prometteur et les directeurs financiers qui voient des risques encore importants", souligne Alexandre Sudron, cofondateur du cercle Iran Economie. "Chaque entreprise est en contact avec sa banque, le but du jeu est de restaurer des réseaux financiers le plus rapidement possible". La levée des sanctions qui étouffent l'économie iranienne depuis près de dix ans devrait intervenir après le 15 décembre, date de la remise du rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur le respect des obligations prises par Téhéran concernant son programme nucléaire. Attendue de longue date par des investisseurs attirés par les perspectives offertes par un marché iranien prometteur, cette mesure a été assortie d'un "snap back", un rétablissement automatique des sanctions si Téhéran ne tient pas parole, de quoi refroidir l'enthousiasme des banques. "Quand en avril Laurent Fabius a prononcé le mot 'snap back', pour les entreprises c'était un mot dramatique", indique Alexandre Sudron. "Après, il y a une vraie croyance dans le processus politique qui est en cours, l'ouverture va faire que ce processus va être irréversible. Des deux côtés, cela coûterait extrêmement cher de revenir dessus". INHIBITIONS Au delà du snap back, l'amende de plus de 8,9 milliards de dollars infligée l'an dernier à BNP Paribas pour des transactions avec des pays soumis à embargo des Etats-Unis, au premier rang desquels l'Iran, est dans tous les esprits. "Il y a un vrai sujet qui est de voir comment les entreprises françaises, les banques mondiales et américaines réagissent à la levée des sanctions, à quelle vitesse, avec quelles inhibitions", dit une source diplomatique française. "Pour investir, les chefs d'entreprise ont besoin d'une sûreté absolue", ajoute cette source. "Ils ont besoin de financement mais les banques ne financent que si elles sont sûres de ne pas se faire pénaliser plus tard parce qu'il y aura eu une interprétation erronée d'un texte." Conformément au Foreign Corrupt Practices Act, Washington a un droit de regard sur les transactions réalisées en dollars même si elles sont menées par une entité non américaine. Certaines sanctions américaines devant rester en vigueur, Paris, Berlin et Londres ont engagé une démarche auprès des Etats-Unis pour éviter que les entreprises européennes reprenant pied en Iran connaissent la même mésaventure que BNP Paribas. "Beaucoup de banques qui sont capables de financer toute une série d'investissements ont également des filiales aux Etats-Unis et travaillent parfois en dollars", a souligné le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, cette semaine. "Il faut arriver à ce que, puisque les sanctions vont être levées mais qu'elles pourraient être rétablies si jamais il y avait des manquements, on élimine le risque de ce qu'a par exemple connu l'entreprise Paribas." Une cinquantaine de chefs d'entreprises, en majorité du Cac 40, seront reçues mardi au Quai d'Orsay pour faire le point après la conclusion de l'accord à Vienne, selon un diplomate. L'ouverture des transactions financières est le point clef, souligne-t-on au Medef, dont une délégation de 80 entrepreneurs se rendra fin septembre en Iran avec un accent sur les secteurs de l'énergie, des villes durables ou encore de l'automobile. "Ce qui bloque pour l'instant, et l'effet BNP Paribas y est pour quelque chose, ce sont les transactions financières", dit-on au Medef international. "Tant que ce point n'est pas levé, des contacts seront pris, des accords seront passés mais on ne pourra pas être très concrets sur des exportations, des investissements. Il faut que ce point fondamental de levée des sanctions sur les transactions financières soit effectif." CARTES A JOUER Avec 80 millions d'habitants, majoritairement jeunes, le marché iranien attire les convoitises. La France, qui avait une position confortable avant l'instauration des sanctions, doit désormais composer avec la Chine et les Etats-Unis et la concurrence s'annonce rude. A Paris, on évoque des "perspectives économiques importantes" tout en refusant de parler d'eldorado économique. "Il faut faire attention, ce n'est pas la ruée vers l'or, ce n'est pas le marché chinois ni indien, il peut y avoir des déceptions", souligne-t-on au Medef. Mais la France a une carte à jouer dans le secteur automobile, où la France conserve une bonne image, ou encore dans le secteur du luxe. La "ligne dure" observée par la France dans les négociations ne devrait pas avoir d'impact pour les entreprises françaises malgré les mises en garde d'un ministre iranien qui estimait que Paris risquait de passer à côté de quelque 80 milliards de dollars de potentiels contrats dans le secteur des transports. "C'était une posture de négociation qui, à l'époque, était nécessaire", estime Alexandre Sudron. "La France est un partenaire historique pour l'Iran, on a eu de très bonnes relations politiques et économiques". "On a toujours dit qu'on n'avait rien contre l'Iran mais qu'on avait un problème de non prolifération nucléaire", ajoute la source diplomatique. "On était exigeant, comme eux, mais jamais méprisants ou absurdes dans nos demandes, donc on va voir", ajoute cette source, rappelant que François Hollande avait été le premier dirigeant occidental à rencontrer le président iranien Hassan Rohani en 2013. (avec John Irish, édité par Yves Clarisse)

Valeurs associées

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.