Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Portugal sort du plan d'aide mais la reprise reste fragile

Reuters16/05/2014 à 19:03

LA REPRISE PORTUGAISE RESTE FRAGILE

par Axel Bugge et Andrei Khalip

LISBONNE (Reuters) - Au bord de la faillite il y a trois ans, le Portugal s'apprête à sortir samedi du plan de renflouement mis en place par le FMI et l'Union européenne mais le chemin vers une reprise durable s'annonce encore long et sinueux.

Après l'Irlande en décembre, le Portugal deviendra ainsi le deuxième pays de la zone euro à boucler son sauvetage, décidé en 2011.

Avec 78 milliards d'euros d'aides versés, la situation budgétaire portugaise a certes retrouvé des couleurs et les coûts d'emprunts de Lisbonne sont retombés à leur plus bas niveau depuis huit ans.

Mais l'annonce, jeudi, d'une baisse surprise de 0,7% du PIB au premier trimestre a montré les limites d'un plan de redressement essentiellement centré sur les exportations. En réduisant le coût du travail, le Portugal a profité d'une forte hausse de ses exportations mais il est devenu dépendant d'une demande étrangère toujours incertaine.

Cette croissance sporadique illustre également le chemin qu'il reste à parcourir au Portugal avant de s'assurer une reprise économique durable.

La Banque du Portugal a abondé en ce sens jeudi en déclarant que les progrès réalisés depuis trois ans étaient insuffisants et que d'autres réformes étaient nécessaires pour soutenir la croissance et le redémarrage du crédit.

Or la perspective d'élections en 2015 pourrait inciter un gouvernement libéré du contrôle de la "troïka" à repousser ces réformes pour ménager des électeurs fatigués par des mesures d'austérité douloureuses.

Le Portugal, qui avait renoué avec la croissance au deuxième trimestre 2013, souffre en effet encore d'un chômage élevé, à 15,1% sur les trois premiers mois de l'année, même s'il a baissé depuis le pic de 17,5% atteint en 2013.

Pour ceux qui ont perdu leur emploi, vu leur pension ou leur salaire baisser, la sortie du plan de renflouement peut se résumer en une question: les réformes en valaient-elles la peine ?

"DÉVALUATION INTERNE"

Le problème, soulignent les économistes, est que les bénéfices tirés des réformes entreprises au cours de trois années d'austérité et de récession pourraient se faire sentir tardivement.

"Ce sont des économies politiques qui sont très difficiles à réformer. Le changement ne peut être que progressif", a estimé Antonio Barroso, vice-président du cabinet de conseil Teneo Intelligence à Londres.

Si le gouvernement a assoupli le marché du travail, beaucoup d'observateurs regrettent que l'accent ait été mis sur une baisse des coûts, notamment dans le secteur public, et sur les hausses d'impôts, sans que soit mises en oeuvre de profondes réformes pour réduire le poids de l'Etat ou favoriser davantage les exportations.

"Le renflouement a essentiellement reposé sur une dévaluation interne", a estimé Antonio Costa Pinto, analyste politique à l'Université de Lisbonne.

Cela a eu le mérite de plaire aux créanciers. Les coûts du travail ont chuté de 8% depuis 2011, pour revenir à 11,60 euros de l'heure en 2013, selon Eurostat, ce qui s'est traduit par des gains de compétitivité, les exportations ayant représenté 41% du PIB l'année dernière.

La Commission européenne estime cependant que malgré une baisse des salaires de l'ordre de 5% entre 2010 et 2013, celle-ci n'est pas suffisante pour faire baisser le chômage de manière tangible.

"Les défis du Portugal sont toujours les mêmes", selon Antonio Costa Pinto, pointant la nécessité d'améliorer encore la compétitivité.

COUP DE POUCE AUX PORTUGAIS

Le calendrier politique pourrait compliquer la donne. Le gouvernement sera certainement soucieux de donner un 'coup de pouce' aux Portugais avant les élections législatives de l'année prochaine.

D'autant que les rendements obligataires étant tombés à des plus bas, la pression des marchés en faveur de profondes réformes s'est fortement réduite.

Le rendement des obligations portugaises à dix ans était inférieur à 3,8% vendredi, alors qu'il avait culminé à plus de 17% début 2012.

Le gouvernement, qui ne sera plus sous la surveillance des inspecteurs de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international, aura donc davantage de marges de manoeuvres, même s'il reste assujetti aux règles européennes en matière de déficit budgétaire.

Lisbonne a déjà annoncé l'annulation au cours des prochaines années de certaines baisses de salaires dans le secteur public et a dit envisager des baisses d'impôts dès 2015.

Ces mesures pourraient certes donner un coup de fouet à la croissance à court terme, mais reste à savoir si elles généreront assez d'emploi et de croissance pour réduire drastiquement la dette du Portugal, qui atteint 125% du PIB.

(Mathilde Gardin pour le service français, édité par Marc Angrand)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.