1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le poète Antoine Emaz est mort
Le Monde12/03/2019 à 14:21

Auteur d'une importante œuvre poétique qui compte une soixantaine de recueils, cet ancien professeur de lycée est mort le 3 mars, à l'âge de 64 ans.

Mort le 3 mars à Angers, à l'âge de 64 ans, Antoine Emaz était un des poètes marquants de sa génération. Attentif à ses pairs, comme en témoignent d'innombrables notes de lecture données au site Poezibao, il a été, de 2009 à 2013, un président de la commission poésie du Centre national du livre (CNL) admiré et estimé. Mais il a longtemps choisi de s'effacer, donnant pour toute indication biographique : « Né en 1955, Antoine Emaz vit à Angers. Les poèmes disent le reste » - des poèmes d'où était absente la première personne du singulier. Cette discrétion le rapprochait de ses deux grands modèles, Pierre Reverdy (1889-1960) et André du Bouchet (1924-2001).

« Je repense, écrivait-il dans Lichen, lichen (Rehauts, 2003), à ce que Reverdy écrivait à propos de l'image et de son nécessaire détachement d'un cadre spatio-temporel précis. Il y a quelque chose de cela dans mon délavement, ma façon d'anonymer assez pour ne garder qu'une situation quasi impersonnelle. Mais Reverdy visait une sorte d'éternité, pas moi. » Professeur de lycée, Antoine Emaz a consacré une thèse aux recueils de notes de Pierre Reverdy, poète dont le rapproche sa « poésie du peu », capable de rendre la tension du quotidien. Il admirait aussi sa devise : « Faire face ».

Splendidement aride Dans un essai, André du Bouchet : « Debout sur le vent » (Jean-Michel Place, 2003), Emaz fait état du choc qu'a provoqué, chez le jeune lecteur qu'il était, sa découverte admirative. « Cette rencontre a été brutale, inutile...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer