Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le plan de relance américain salué par Philippe Martinez
Boursorama avec Media Services23/04/2021 à 12:28

Alors les Etats-Unis sont "beaucoup plus mal en point en matière d'investissement public" que la France, le président Joe Biden "ne considère pas" le plan de relance comme "de la dette" mais comme "de l'investissement", a commenté le secrétaire général de la CGT.

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, le 26 octobre 2020.  ( AFP / GEOFFROY VAN DER HASSELT )

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, le 26 octobre 2020. ( AFP / GEOFFROY VAN DER HASSELT )

De "l'investissement" et non de "la dette". Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a salué vendredi 23 avril le vaste plan d'investissements du président américain Joe Biden, estimant sur Public Sénat que c'était "presque le monde à l'envers".

"Je ne suis pas un adepte de (Joe) Biden, mais enfin c'est quand même assez impressionnant qu'aux Etats-Unis, qui est le pays... l'antithèse de la France on pourrait dire, le nouveau président dit : ' il faut s'endetter parce qu'on a besoin de recréer de la solidarité , que les citoyens de ce pays aient les mêmes droits, donc on investit dans les routes, dans les hôpitaux, etc...'", a commenté le leader syndical. 

"C'est presque le monde à l'envers maintenant", a-t-il poursuivi, estimant que "cela ne devrait pas interpeller que la CGT". "Alors le pays est beaucoup plus mal en point en matière d'investissement public que le nôtre, mais voilà, on ne considère pas que c'est de la dette, c'est de l'investissement ", a souligné Philippe Martinez.

Le plan d'investissement dans les infrastructures du président démocrate américain s'élève à quelque 2.000 milliards de dollars sur huit ans . Outre des investissements dans les routes, les ponts, les voies ferrées, les aéroports en mauvais état ou encore dans le réseau internet à haut débit, il prévoit notamment d'importants investissements pour développer la flotte de véhicules électriques, les écoles, ainsi que pour aider le secteur des aides à domicile ou la recherche et le développement.

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • geocor
    23 avril16:29

    Chez nous, on fait de la dette, depuis Mitterrand, pour embaucher des administratifs de plus, notamment en régions. On en a maintenant deux fois plus que les autres pays, tout en ayant moins de fonctionnaires sur le terrain. Si bien que même les missions régaliennes ne sont plus assurée. On comprend que ça plaise à la CGT dont c'est le principal des adhérents.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer