Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le pire cauchemar des autorités françaises devenu réalité

Reuters14/11/2015 à 15:00

* Hollande et Valls s'attendaient à des attentats * Le renforcement des dispositifs sécuritaires n'a rien empêché par Elizabeth Pineau PARIS, 14 novembre (Reuters) - Le pire cauchemar de l'exécutif français est devenu réalité avec les attentats sans précédent commis vendredi soir à Paris et dans sa banlieue, selon un scénario redouté mais envisagé, voire prédit depuis des mois dans les coulisses du pouvoir. La nervosité était déjà palpable au plus haut niveau de l'Etat quelques jours avant ces tueries qui ont fait au moins 128 morts lors de six attaques visiblement coordonnées. "La situation est extrêmement préoccupante", déclarait un proche de Manuel Valls en début de semaine. Quelques heures avant le carnage, le pressentiment était clair dans les mots du Premier ministre. "On peut avoir des attentats à tout moment, sous des formes très différentes, rien qu'en se procurant des armes à feu", déclarait-il à l'Opinion en marge d'un déplacement à Dijon vendredi. Dans le même temps, à l'Elysée, le président remettait un prix à l'auteur d'une photo prise le 11 janvier dans Paris pendant la marche d'une cinquantaine de dirigeants du monde. "Il y aura forcément d'autres moments dans notre avenir où nous devrons être à la hauteur de notre Histoire", disait François Hollande. "Mais des chefs d'Etat et de gouvernement qui défilent, ça c'est exceptionnel. Et en aussi grand nombre. Et ça je ne pense pas que ça se reproduira. Parce que toutes les questions de sécurité étaient (...) transgressées." Au ministère de la Défense, on disait aussi s'attendre à des actions de grande ampleur et coordonnées en France. Ce drame que n'a pas pu éviter un système de sécurité national pourtant renforcé après les attentats djihadistes de janvier dernier, notamment contre Charlie Hebdo, met l'Etat au défi, sommé de répondre à une salve d'interrogations. PAS QUESTION D'ANNULER LA COP21 Certes, il n'est pas question de reporter les élections régionales des 6 et 13 décembre, pour lesquelles la plupart des partis ont suspendu leur campagne. Exclu, également, d'annuler la conférence mondiale contre le réchauffement climatique qui doit réunir le 30 novembre 118 chefs d'Etat et 195 délégations dans une ville aujourd'hui prise pour cible, a déclaré un diplomate. La question d'une éventuelle adaptation et d'un renforcement de la sécurité est toutefois évoquée pour cet événement. La France avait déjà rétabli vendredi dans cette perspective ses contrôles aux frontières pour un mois afin de sécuriser l'entrée sur le territoire. Plus de 30.000 policiers, dont les 4.000 de la Police aux frontières (PAF), ont été mobilisés. Ces mesures exceptionnelles s'ajoutaient à l'arsenal décidé dans le sillage des attentats ayant notamment visé le journal satirique Charlie Hebdo, en début d'année. Quelque 10.000 soldats ont été mobilisés pour sécuriser les lieux publics, notamment religieux. La loi sur le renseignement, entrée en vigueur le 3 octobre, devait elle aussi permettre de prévenir les attentats dans un contexte de tension extrême liée à la guerre en Syrie, qui a jeté aux portes de l'Europe des centaines de milliers de réfugiés. Les autorités françaises craignaient avant tout le passage à l'acte de djihadistes français ou résidant en France formés dans des camps de l'Etat islamique en Syrie et en Irak, où la France intervient militairement. L'UNITÉ NATIONALE SE FISSURE Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, évalue à environ 1.800 le nombre de personnes impliquées dans des filières djihadistes. Dans la classe politique, l'unité nationale des premières heures a commencé à se fissurer, augurant d'un débat qui pourrait s'envenimer sur le thème : "Pourquoi n'a-t-on rien empêché ?" Le président des Républicains, Nicolas Sarkozy, a demandé samedi des "inflexions majeures" en termes de sécurité. ID:nL8N1390ID . Dans son camp, le député Lionnel Luca a comparé Paris à Beyrouth. "Nous paierons cher notre lâcheté face au communautarisme !", a-t-il écrit sur son compte Twitter. Au Front national, Louis Aliot, compagnon de la présidente du parti, Marine le Pen, a taxé Manuel Valls d'"irresponsable." Le secrétaire général des Républicains, Laurent Wauquiez, a demandé quant à lui l'internement des 4.000 personnes vivant sur le territoire français et fichées pour terrorisme. François Hollande a demandé aux Français de s'unir contre la "barbarie", promettant un "combat impitoyable" contre Daech, ennemi clairement désigné. Le président recevra dimanche tous les chefs de partis avant de s'exprimer, lundi, devant les parlementaires réunis en Congrès à Versailles. Mais si les attentats de janvier dernier lui avaient permis de renforcer son image présidentielle, l'ampleur des attentats de vendredi et le choix des cibles pourrait déboucher sur un débat sur la compétence de l'exécutif face à la menace. (Avec Emmanuel Jarry et Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.