1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le pirate de l'air d'Egyptair maintenu en détention à Chypre
Reuters30/03/2016 à 12:21

    LARNACA, Chypre, 30 mars (Reuters) - L'Egyptien de 59 ans 
qui a détourné mardi un avion d'Egyptair a expliqué à la police 
chypriote qu'il s'était résolu à cette extrémité parce qu'il 
voulait voir son ex-femme et ses enfants et que les autorités de 
son pays l'en empêchaient. 
    Seïf Eldine Moustafa, qui portait une ceinture d'explosifs 
présumée factice, s'est rendu à la police chypriote après avoir 
laissé sortir sur le tarmac de l'aéroport de Larnaca les 72 
passagers et membres de l'équipage de l'Airbus A320 qui devait 
assurer la liaison Alexandrie-Le Caire. 
    Un tribunal de Larnaca a ordonné mercredi son maintien en 
détention pour une durée de huit jours, le temps que soit menée 
l'enquête pour détournement, enlèvement, menace de violence, 
lien avec une entreprise terroriste et détention d'explosifs. 
    Seïf Eldine Moustafa a quitté le tribunal dans une voiture 
de police en faisant par la fenêtre le "V" de la victoire. 
    "Si quelqu'un n'a pas vu sa famille depuis 24 ans et veut 
voir sa femme et ses enfants, et que le gouvernement égyptien ne 
l'y autorise pas, qu'est-il censé faire?", a-t-il demandé à la 
police chypriote, selon un communiqué. 
    Après l'atterrissage de l'avion à Larnaca mardi, le pirate 
de l'air avait laissé tomber sur le tarmac une lettre adressée à 
son ex-femme chypriote, dans laquelle il demandait la libération 
de 63 femmes détenues en Egypte. 
     
 
 (Yiannis Kourtoglou; Tangi Salaün pour le service français) 
 )

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer