Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le patinage artistique de François Hollande sur l'Europe

Reuters31/05/2013 à 16:36

LE DISCOURS BROUILLÉ DE FRANÇOIS HOLLANDE SUR L'EUROPE

par Yves Clarisse

PARIS (Reuters) - François Hollande a totalement brouillé sa revendication d'un gouvernement économique de la zone euro en déniant à la Commission européenne le droit de faire des recommandations précises sur les réformes à mettre en oeuvre en France.

Le président français avait choisi le 16 mai de placer la deuxième année de son quinquennat sous le signe d'une intégration européenne plus poussée, prônant la mise sur pied d'un véritable gouvernement économique de l'euro avec la perspective d'une union politique.

Il avait lors de la même conférence de presse salué les réformes réalisées par l'Allemagne pour assainir ses comptes et redresser sa compétitivité, un message spectaculairement réaffirmé le 23 mai à Leipzig lors des cérémonies du 150e anniversaire du Parti social-démocrate allemand (SPD).

Le terrain était donc en toute logique libre pour que les recommandations de politique économique présentées par la Commission européenne mercredi dernier en échange d'un délai de deux ans pour ramener le déficit public sous la barre des 3% du PIB soient bien accueillies à Paris.

Elles l'ont été par le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, qui a dit "partager" le "diagnostic" de l'exécutif européen sur les réformes à entreprendre, qui passent notamment par une réduction de la dépense publique et une réforme des retraites, deux objectifs du gouvernement français.

Mais François Hollande a perturbé cette chorégraphie bien huilée par un coup de menton inattendu.

"La Commission européenne n'a pas à nous dicter ce que nous avons à faire, elle a simplement à dire que la France doit rétablir ses comptes publics", a-t-il dit lors d'un déplacement en province, réagissant selon des sources gouvernementales à la piste bruxelloise d'un report de l'âge de départ à la retraite.

SCHIZOPHRÉNIE

Cette sortie a étonné le parti d'Angela Merkel.

"L'Union européenne a eu de l'indulgence pour la gestion par la France de son déficit et se voit quand même critiquée par Hollande", a déclaré jeudi Michael Meister, vice-président du groupe parlementaire CDU-CSU.

Pour Thomas Klau, directeur du bureau de Paris du Conseil européen pour les relations étrangères (ECFR), François Hollande illustre ainsi la "schizophrénie" française sur l'Europe.

"On a l'impression d'une communication présidentielle qui est moins une course en ligne droite qu'un numéro de patinage artistique", a-t-il déclaré à Reuters. "Le message est complètement brouillé, les gens n'y comprennent plus rien."

Non pas que François Hollande ait factuellement tort : il est évident que les réformes seront mises en oeuvre par la France, selon ses procédures, et notamment avec les partenaires sociaux pour celle, cruciale, des retraites.

"Mais la manière dont François Hollande a affirmé cette réalité est propre à jeter le trouble et dépasse l'entendement d'une grande majorité de citoyens en France et ailleurs en Europe", estime Thomas Klau.

Comment, en effet, concilier les appels à un gouvernement économique qui suppose des abandons de souveraineté pour mieux gérer l'euro avec une remise en question des pouvoirs renforcés dévolus à la Commission pendant la crise de l'euro ?

"Il est très paradoxal de dire d'un côté qu'on veut aller plus loin et en même temps de répliquer aussi sèchement à la Commission européenne lorsqu'elle fait son devoir en vertu des textes qu'elle est chargée d'appliquer", déclare l'eurodéputée centriste Sylvie Goulard sur le site internet Atlantico.

"C'est dommage. C'est une occasion perdue de mettre en place une bonne pédagogie de l'esprit même de ce que souhaite le chef de l'Etat", ajoute l'élue du MoDem.

QUADRUPLE LANGAGE

Les analystes savent pourquoi le président français a cru bon de remettre l'exécutif européen à sa place.

"Ce que nous avons vu à l'Elysée, c'est une manière de contrer le sentiment que la France est placée sous la coupe de Bruxelles", explique Thomas Klau.

Il estime qu'à se présenter en social-démocrate à Leipzig et en socialiste à Paris, en partisan de l'Europe fédérale un jour et en parangon de la souveraineté nationale le lendemain pour garder toutes les cartes en main, François Hollande pratique "non pas un double langage mais un quadruple langage".

Mais une chose est sûre pour cet analyste franco-allemand, François Hollande reste bien dans la tradition gaullienne qui consiste à concevoir l'intégration européenne de manière intergouvernementale et non par des délégations de souveraineté à un "gouvernement européen" qui serait la Commission.

A vouloir garder tous les fers au feu pour des raisons de politique intérieure, le président français prend le risque de renforcer ceux qui, en France, sont les plus jaloux de leur souveraineté alors qu'il affirme vouloir la partager.

"C'est insupportable que la Commission européenne demande à la France une réforme des retraites d'envergure. Ce n'est pas son rôle", a dit vendredi sur BFM TV Claude Bartolone, le président d'une Assemblée nationale qui veut garder son pouvoir.

Edité par Gilles Trequesser


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.